Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
03-04/2018 : représentations de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre Ouvert Luxembourg.
01/2018 : Cent ans de musique et de poésie entre Nice et Finlande, concert-lecture autour d’Armas Launis et d’Uuno Kailas, Nice, bibliothèque Louis-Nucéra.
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
11/2017 : Lecture d'extraits de la pièce Purge de Sofi Oksanen au Théâtre de l'Atalante (Paris) dans le cadre des rencontres Traduire - Transmettre.
10/2017-06/2018 : reprise des Cornes d'Alexeï Popov au Théâtre de l'Impasse (+ en tournée le 07/10 à Saint-André et le 27/10 à Falicon).
09/2017 : parution de Norma de Sofi Oksanen en grands caractères (éd. Voir de Près).
08/2017 : parution de l'article "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans la revue bretonne Klask, n° 11.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look at Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu, Musée national d'Estonie.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.
06/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov à Châteauneuf-Villevieille.
04/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov (Nice, Théâtre de l'Impasse).
03/2017 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, chez Stock.
01/2017 : parution de Ils ne savent pas ce qu'ils font, de Jussi Valtonen, chez Fayard.
12/2016 : "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans le cadre d'une journée d'étude à l'université Rennes 2.
08/2016 : parution du Récif, de Seita Vuorela-Parkkola, chez Actes Sud Junior.
08/2016 : expo sur le pays komi dans les livres étrangers, Bibliothèque nationale de la République de Komi, Syktyvkar.
06/2016 : réédition des Chants des forêts de Nikolai Abramov à la Bibliothèque nationale de la République de Carélie.
05/2016 : réédition du recueil Les Komis – Questions d'histoire et de culture aux Presses de l'Inalco.
01/2016 : présentation de Uuno Kailas de Heinola à Nice au Centre de Documentation Provençale (Bollène).
11/2015 : parution de Noir comme l'ébène, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Juillet 2016
Depuis la tuerie du 14 juillet, les contradictions et récupérations politiques sont tellement complexes et dérangeantes que j'ai éprouvé le besoin de rassembler ici des données recueillies dans la presse pour tenter d'y voir plus clair. [Le surlignage distingue les positions du gouvernement (en particulier du ministère de l'Intérieur) , celles de la Ville de Nice et celles de la justice.]

Jeudi 14 juillet

21h [chronologie empruntée au Nouvel Observateur] : La police municipale prend la relève de la police nationale au croisement du boulevard Gambetta et de la Promenade des Anglais. Des barrières métalliques et des plots en plastique ont été installés pour couper l’accès aux véhicules et de dévier la circulation. (Le ministère de l’Intérieur et la ville de Nice confirment la mise en place de ce dispositif.)
22h : Début du feu d’artifice sur la Promenade des Anglais. 30.000 personnes sont présentes.
22h32’33” : Le camion blanc fait irruption sur la Promenade, au niveau de l’hôpital Lenval, sur un tronçon non fermé à la circulation.
22h33 : L’un des équipages de la police municipale en service autour de la manifestation alerte le centre de supervision urbain (CSU), qui gère notamment la vidéosurveillance de la ville, de la présence « d’un camion fou, sur le trottoir de la Promenade des Anglais, chaussée sud, face au CUM ». Cette alerte est citée dans le rapport de Sandra Bertin, transmis le 15 juillet à la mairie de Nice et à la direction générale de la police nationale. Le camion circule les feux éteints. Il contourne le barrage du boulevard Gambetta en montant sur le trottoir.
22h33’03” : Le véhicule de 19 tonnes percute au moins une personne sur le trottoir de la chaussée Sud tout en continuant sa course, en accélérant, en direction de l’Est (selon rapport Sandra Bertin).
22h33’08” : Le camion continue sa course folle et se rapproche du lieu "de forte concentration de population (…) et se met alors à renverser de nombreuses personnes sur son chemin en effectuant des embardées", note le rapport du centre de supervision urbain.
22h34’16” : Le véhicule cette fois sur le trottoir avance encore. "Il apparaît que les embardées effectuées sont clairement volontaires et dirigées dans le but d’atteindre un maximum de passant", précise le rapport.
22h35’15” : Alors que le camion poursuit sa course et fauche de nombreuses personnes sur son passage, un agent de la police nationale se met à courir à pied derrière le camion, rapporte Sandra Bertin dans ces écrits. Le véhicule se situe alors au croisement de la rue Meyerbeer et de la Promenade des Anglais.  Deux voitures de la police nationale sont stationnées dans le sens de la route sur ce second point de "contrôle et de protection", affirme de son côté le ministère de l’Intérieur. Six fonctionnaires de la police nationale sont présents sur les axes de circulation. Des tirs sont échangés comme on le voit sur plusieurs vidéos postées par des témoins.
22h35’47” : Le camion s’immobilise à hauteur du Palais de la Méditerranée, 230 mètres après avoir franchi le second point de "sécurisation" tenu par la police nationale. Le conducteur est abattu par les policiers.


Selon le ministère de l’Intérieur, le soir du 14-Juillet, 64 fonctionnaires de la police nationale étaient mobilisés dont 39 se situaient à partir du point Meyerbeer de la Promenade des Anglais. 42 agents de la police municipale étaient aussi présents ainsi que 20 militaires de l’opération "Sentinelle" [image NouvelObs].

Les mouvements de foule sont rapportés en direct sur Twitter, avec la mention d’un camion fou, beaucoup de confusion et d’incertitude, et rapidement toutes sortes de fausses rumeurs de prise d’otage. Aucune information dans les médias. La télé continue de retransmettre en direct le feu d’artifice sur la tour Eiffel.

Vers 23h, quelques rares sites de presse commencent à rapporter qu’un camion a foncé sur la foule (Nice-Matin, Le Dauphiné, 24 heures, Morandini).

23h20 : La Place Masséna et la Promenade des Anglais sont bouclées. La préfecture demande aux habitants de rester chez eux. Une cellule d’urgence médico-psychologique est activée au CUM.

Vendredi 15 juillet - ouverture d'une enquête pour terrorisme et premières réactions contradictoires

00h40 : Déclenchement des plans d'urgence pour les hôpitaux de Nice et la sécurité civile.

1h25 : La section anti-terroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête. À cet effet, sous l’autorité du procureur de Paris (François Molins), deux brigadiers-chefs sont envoyés au CSU. Bien que l'affaire criminelle soit survenue à Nice, la qualification de "terrorisme" l'attribue automatiquement au parquet de Paris (et à sa section spécialisée dans la lutte contre le terrorisme), conformément à une loi de 1986. Or, selon l'article 421 du code pénal, la notion de terrorisme implique la "relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur" ou "le fait de participer à un groupement ou à une entente" ayant de tels objectifs. Je ne comprends donc toujours pas très bien qui est habilité à décider qu'un crime est de nature "terroriste" à un moment où l'on n'a encore aucune information sur l'identité du tueur. Apparemment, cette qualification a été effectuée unilatéralement par Paris, sans aucune concertation avec la ville de Nice, où le crime a eu lieu sur la voie publique.

Pendant le massacre, le Président de la République, François Hollande, était à table à l'hôtel d'Europe d'Avignon, où il effectuait une visite à titre privé dans le cadre du festival. Il a tout interrompu pour regagner Paris en urgence. Peu après 4h, il confirme le caractère "terroriste" de l’attaque. « C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste. » Il annonce le prolongement de l’état d’urgence et le renforcement des actions militaires en Syrie et en Irak. À cette heure, on ne sait toujours rien de précis sur l'identité et les motivations du tueur. Autrement dit, en pleine nuit, avant d'avoir aucune information sur ce qui s'est passé, Hollande prend prétexte de cette tuerie pour prolonger l'état d'urgence à l'intérieur et la guerre à l'extérieur.

Dans la nuit, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, réunit ses services pour faire le point sur la situation. Il a annonce que le plan Vigipirate est relevé au niveau « alerte attentat » dans tout le département des Alpes-Maritimes.

En quelques heures, le ministre de l'Intérieur et le président de la République ont donc hâtivement prononcé la qualification de "terrorisme" (qui sera confirmée a prosteriori), et pris en main la totalité de l'enquête en ignorant les services municipaux alors que le crime a eu lieu sur une voie publique de la commune de Nice. Il semble que le lourd conflit qui va suivre entre la ville et l'État ait pris naissance à ce moment-là.

Christian Estrosi est tenu à l'écart des réunions de la nuit et il le vit très mal. « Ce soir-là, il a pété les plombs, raconte un témoin. C’est Éric Ciotti qui a dû le ramener à la raison. » L’entourage du président de la République confirme que le président de la région est visiblement très choqué de ce qui vient de se dérouler à Nice, et « peine vraisemblablement à réagir rationnellement ». Dans son propre camp, Valérie Debord, porte-parole des Républicains, fait part de son inquiétude et évoque le traumatisme : « Nous parlons d’un homme qui, en quelques minutes, a vu une dizaine de corps à terre, sa vie a été bouleversée. »

Par ailleurs, cette même nuit, entre 4 et 5 h, Anthony Borré, directeur de cabinet à la mairie, apprend alors que François Hollande et Manuel Valls se déplacent à Nice. Il raconte [JDD du 21/08] : "François-Xavier Lauch, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, nous dit : 'Nous aurions aimé une copie des images pour François Hollande.' Nous leur avons donné ce film et cela nous a semblé logique." Anthony Borré assure qu'une copie de deux minutes, "de l'entrée du camion sur la promenade jusqu'à sa neutralisation", a été gravée dans la foulée de la demande faite par le directeur de cabinet : "un chauffeur de la préfecture est venu la chercher." Pour preuve, Borré dit même disposer "d'images face à un ascenseur" qui attestent de la venue du chauffeur de la préfecture "vers 11  heures", le vendredi 15 juillet. Soit un peu plus d'une heure avant l'arrivée à Nice de François Hollande, à 12h20. "Nous avons aussi demandé au préfet de nous assurer que le procureur avait autorisé cette copie, précise Anthony Borré. Le directeur de cabinet nous a certifié que le procureur avait donné son feu vert." "Il nous a semblé normal que les autorités de l'État – et elles seules –, dont nous attendions la visite, puissent voir ce qui s'était passé", confie-t-il.
La Préfecture confirme : le directeur de cabinet du préfet admet avoir "demandé une copie à la mairie". Il ajoute avoir au préalable sollicité l'avis du procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, qui aurait à son tour réclamé le feu vert de son homologue en charge de l'enquête, François Molins. "Cette copie n'a servi que quelques secondes pour des personnes autorisées par le procureur, en présence du procureur."


Toute la journée, la Promenade et ses plages sont fermées pendant que les enquêteurs procèdent à des prélèvements et que les corps sont évacués. Mais sur la rive gauche (quai des États-Unis), la vie continue comme s'il ne s'était rien passé.

  

  

C’est encore la cohue sur la Promenade (assaillie par les journalistes du monde entier) quand Estrosi prend la parole sur France Inter : « Si l’heure n’est pas à la polémique, je me pose bien sûr des questions. Pourquoi l’État a-t-il annoncé [jeudi] à midi la levée de l’état d’urgence et décidé [jeudi] soir qu’il faut le prolonger de trois mois? Tout ça me paraît bien désordonné. [...] Pourquoi et comment cet homme a-t-il pu pénétrer sur la promenade des Anglais qui était pourtant piétonnisée ? Combien de policiers nationaux protégeaient cet événement, là où nous réclamons des renforts depuis des mois et des mois parce que nous jugeons que leur présence est insuffisante ? » Il souligne qu'il a écrit à Hollande le 13 juillet pour l'alerter sur l'absence de moyens de la police municipale. Cette intervention, déplacée en ce jour de deuil, est vite interprétée comme une tentative maladroite de profiter de la tragédie pour créer une polémique politique.

Aux abords de la Promenade, rassemblements spontanés et recueillement dans l'intimité.

  



Des pancartes populaires s'en prennent à Daesh et à Erdogan.


Pendant ce temps, aux quatre coins du monde, nombreux hommages « à la France », c'est-à-dire à Paris (ce qui est un peu incongru quand on pense que la tragédie a eu lieu à Nice et que les victimes venaient du monde entier). Drapeaux bleu-blanc-rouge, tour Eiffel et Marseillaise surgissent un peu partout "par solidarité" :

Samedi 16 juillet - conflit ministère/ville


                       


C'est le Parquet qui est en charge de l’affaire, mais le ministre de l’Intérieur se permet de commenter le dossier : moins de 48 h après l’attaque, Cazeneuve affirme à propos du tueur : « Il semble qu’il se soit radicalisé très rapidement », version corroborée par Molins qui explique à la presse que le tueur avait un intérêt « récent » pour la mouvance djihadiste radicale. Cette déclaration va être contredite dès le début de l'enquête.

Cazeneuve répond à la semi-accusation d’Estrosi : « La police nationale était présente et très présente sur la Promenade des Anglais et est intervenue immédiatement après que le camion a franchi les obstacles pour mettre le plus rapidement possible fin à cette tuerie. Si une des autorités, l’État ou la municipalité, avait considéré à un moment que le niveau de sécurité n’était pas réuni, l’État comme la municipalité pouvaient décider de procéder à l’interdiction des festivités entourant le 14 juillet, ce qui n’a pas été le cas. »


À propos... Ciotti, député des Alpes-Maritimes et président du Conseil départemental, fait l'éloge de la politique antiterroriste d'Israël :

Dimanche 17 juillet

Pendant la nuit, l'État Islamique a revendiqué la tuerie du 14 juillet, sans qu'on sache s'ils étaient véritablement au courant du projet.

  
[photos Claude Paris et Luca Bruno, SIPA]


Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes : « Les forces de sécurité s’acquittent de leur mission avec dévouement (...). Le 14 juillet 2016 à Nice avait bénéficié du même sérieux dans sa préparation : une réunion entre la Ville et la direction départementale de la sécurité publique, deux réunions entre la préfecture et la Ville (28 juin et 7 juillet 2016). Lors de la première réunion, les services de la préfecture avaient appelé l’attention de la Ville sur la nécessité de mieux sécuriser l’environnement de la manifestation. Lors de la seconde réunion, un accord avait été trouvé pour mettre en place un contrôle aléatoire des accès, conformément à ce qui avait été fait pour le carnaval. » Le ministre de l’Intérieur et la préfecture communiquent le chiffre de 64 policiers nationaux et 42 policiers municipaux (demandés par les services de l’Etat et mis à disposition par la ville de Nice). Les points d’entrée à la Prom' Party étaient tenus par des policiers nationaux.

Estrosi dénonce les « mensonges » du gouvernement. Selon lui, les effectifs de la police nationale n’excédaient pas 50 : « Peut-être étaient-ils cachés quelque part ? J’étais sur place et très surpris de voir si peu de policiers nationaux (...). On pourra le quantifier très exactement à partir des images de vidéosurveillance, puisqu’une enquête est ouverte. Si l’État nous avait demandé 70 policiers municipaux, nous aurions mis à disposition 70 policiers ! Je ne suis pas le patron de la sécurité mais celui qui administre la collectivité. »

Tout le monde est un peu surpris de voir Estrosi tirer la couverture à lui alors qu’il n’est plus maire de Nice depuis le 13 juin (il reste président de la Métropole et de la Région). Dans son prochain numéro, Le Canard enchaîné élucidera le mystère en rapportant ce que le nouveau maire de Nice, Philippe Pradal, a expliqué à quelqu’un : « C’est simple, je fais ce qu’Estrosi me demande. Et il ne me demande rien. »

Satire :

Lundi 18 juillet - "un hommage très douteux"

Minute de silence nationale à midi, mise en scène par le gouvernement. Le Premier Ministre, Manuel Valls, vient à Nice et se recueille devant le « Monument du Centenaire ». Curieusement, ce sinistre monument est connu pour être l’incarnation même du mensonge d’État : érigé par la IIIe  République une trentaine d’années à peine après l’annexion, il glorifie l’occupation du comté pendant les guerres de 1793-1814. Valls est hué avant et après la minute de silence ("Hollande assassin", "Valls démission"). [Une semaine plus tard, à tête reposée, Le Ficanas dénoncera "un hommage très douteux".]

  
La minute de silence [photo Ville de Nice]. - Détail du monument [photo Wikipedia]

Valls répond à Estrosi dans une interview à Nice-Matin. Il dément toute forme de relâchement des dispositifs de sécurité après l’Euro à Nice. « Quand on est président de la Région, élu dans un rassemblement républicain, il faut être à la hauteur de la fonction, ne pas mettre en cause le travail et l’engagement des policiers. »

Petit à petit, sous le choc consécutif au massacre et à sa récupération par les politiciens, tout le monde s’affole. La colère monte :


Coup de gueule d'une journaliste d'habitude très réservée.

Mardi 19 juillet

Au lendemain de l’interview de Valls, Estrosi réplique. « Je demande à M. Valls de ne pas s’exonérer de sa responsabilité. Qu’il mène donc une enquête minutieuse : il y a eu des fautes majeures commises à Nice et il a tout intérêt à regarder les choses. »

Par un malheureux concours de circonstances, alors que Hollande promet d'augmenter les actions militaires françaises au Moyen-Orient, on apprend la mort de 56 civils dans des raids de la coalition en Syrie.


     

Mercredi 20 juillet - demande de destruction de preuves et scandale ministériel

Pendant ce temps, à l'Assemblée nationale, Valls a recours pour la 3e fois à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer la loi relative à la réforme du code du travail. Satire dans Le Gorafi : « Des opposants au gouvernement hués par Manuel Valls ». « Le Premier ministre a réservé un accueil particulier à plusieurs de ses opposants qui étaient rassemblés pour rendre un dernier hommage au code du travail. »

Pour essayer de mettre un terme à l'étrange débat apparemment puéril qui oppose la ville de Nice et le ministère de l’Intérieur, Libération mène une enquête.

11 h : Dans une réquisition judiciaire urgente, après avoir copié plus de 27.000 heures de vidéosurveillance, la sous-direction anti-terroriste (SDAT) de la police judiciaire (affiliée à la police nationale, donc au ministère de l'Intérieur), demande au CSU la suppression complète de 24 h d’images provenant de 6 caméras maintenant qu’elles ont été saisies par la justice et versées au dossier d’instruction. Étant donné les contraintes techniques du système, cela ne peut se faire qu’en détruisant l’ensemble des enregistrements des caméras de vidéosurveillance qui ont filmé la tuerie. Raison invoquée par la SDAT : « éviter les fuites » et la diffusion d’images de l’attentat par souci de « dignité des victimes ».

Le soir, parution en ligne de l’enquête de Libération sous le titre accusateur « Des failles de sécurité et un mensonge », qui se résume à ce constat : « Contrairement à ce qu’a affirmé le ministère de l’Intérieur, l’entrée du périmètre piéton de la promenade des Anglais n’était pas protégée par la police nationale le 14 juillet au soir. Ce manque de transparence entame la confiance dans l’exécutif. […] Selon les éléments recueillis par Libération, la communication du gouvernement a, au minimum, travesti la réalité. » (Le lendemain, l’article sera renommé « Sécurité à Nice : 370 mètres de questions ».)

Ce dossier transforme la polémique politique en un scandale d'État. Les questions de sécurité et de responsabilité passent au second plan : le réponses attendues concernent maintenant les contradictions du gouvernement.

Jeudi 21 juillet - enquête interne au ministère (IGPN) suite au conflit ministère/ville

La ville de Nice refuse de procéder à la destruction des enregistrements. Me Philippe Blanchetier, l’avocat de la Ville, à Reuters : « C’est la première fois de ma vie que je vois une réquisition aux fins d’effacement de preuves. L’argument avancé de risque de fuite ne tient pas. »

En réponse aux graves accusations de Libération, Cazeneuve dément et accuse les journalistes de « complotisme ». En parallèle, il lance une enquête interne.

Conférence de presse de Colrat et du directeur départemental de la sûreté publique. Le préfet assume "l’entière responsabilité" du dispositif mis en œuvre pour le 14 juillet et la Prom' Party qui se tient entre Meyerbeer et le Quai des États-Unis. "Le ministre de l’Intérieur m’a donné des instructions les plus claires et les plus nettes : dans un souci de transparence et de vérité due aux victimes et à leurs familles, et sans préjudice de l’enquête ouverte, rien ne devait être caché ou déformé." Il diffuse une infographie où apparaissent 39 policiers nationaux, ce qui aggrave momentanément la polémique, Manuel Valls ayant annoncé le chiffre de 64 (mais le périmètre de la Prom’ Party est nettement moins étendu que celui du feu d’artifice, où les spectateurs sont massés d’un bout à l’autre de la Promenade).

Les enquêteurs constatent rapidement que le terroriste préméditait son acte depuis plusieurs mois : cela contredit les affirmations de Cazeneuve et confirme qu'il a fait de grandes déclarations le samedi 16 sans savoir de quoi il parlait.

Vendredi 22 juillet

L’avocat de la municipalité s’étonne de l’empressement de la SDAT (donc du ministère de l'Intérieur) à vouloir détruire les enregistrements, alors que leur durée légale de conservation n’est que de dix jours, au terme desquels le système les détruit automatiquement (en principe, dans deux jours). Du coup, il annonce que, non seulement la Ville ne va déférer à l’injonction qu’elle a reçue, mais qu’en plus elle va demander au procureur de la République de Nice de mettre ces images sous séquestre « afin de ne pas hypothéquer les éventuelles autres procédures qui pourraient voir le jour au-delà de l’enquête antiterroriste en cours ».
La Cnil juge abusive la requête du Ministère et demande à la Ville de conserver l'original.

Libération répond aux accusations de Cazeneuve en défendant la rigueur de ses méthodes et en expliquant qu’il n'est pas adéquat de parler de « complotisme » dès que des journalistes soulèvent publiquement les contradictions exprimées par le gouvernement.

Hollande annonce mettre des moyens d'artillerie à disposition de l'armée irakienne. "Le porte-avions Charles-de-Gaulle sera déployé dans la région dès septembre, ce qui permettra d'intensifier les attaques." Bref, au lieu de concentrer son attention et ses moyens sur le chaos social qui règne dans son pays et qui est la racine même du terrorisme en France, il préfère se livrer à une surenchère guerrière à l'étranger.

Samedi 23 juillet

Toujours pour tenter d’y voir plus clair dans ces pénibles contradictions, le Journal du Dimanche s’entretient avec la chef du CSU, Sandra Bertin.

Dimanche 24 juillet - plaintes pour abus de pouvoir contre le ministère et pour diffamation contre la ville

Parution de l’interview de Sandra Bertin dans le Journal du Dimanche. Elle était derrière les écrans de vidéosurveillance le soir du 14 juillet. Après avoir vu le camion foncer sur la foule et demandé l’interception du véhicule, elle doit faire un compte-rendu précis des dernières 24 heures. « J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran. » « Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un commissaire au CSU qui m’a mise en ligne avec la Place Beauvau. » Elle dit avoir « eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant des points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité. Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par e-mail une version modifiable du rapport, pour “ne pas tout retaper”. J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran. À tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère ! J’ai finalement envoyé par e-mail une version PDF non modifiable et une autre modifiable. Puis, quelques jours plus tard, la sous-direction antiterroriste m’a demandé d’effacer les bandes des six caméras que j’ai mentionnées dans mon rapport, celles qui ont filmé la tuerie. On nous a demandé, pour les besoins de l’enquête, d’extraire huit jours de bande sur 180 caméras. Et maintenant il faudrait en effacer certaines pour empêcher leur diffusion au public. »

Un des grands reproches soulevés ces derniers jours est le fait que le CSU n’ait pas signalé le camion alors qu’il avait circulé illégalement sur la Promenade à plusieurs reprises, les jours avant la tuerie, pour faire des repérages. Bertin répond que si le CSU avait remarqué le camion, il n’aurait pu que déposer son signalement à la justice pour infraction au code de la route, qui aurait décidé de donner suite ou non, ce qui n’aurait pas empêché le camion de revenir.

Cazeneuve porte plainte pour diffamation contre Bertin. "Il serait très utile que Mme Sandra Bertin soit auditionnée par les enquêteurs et puisse leur produire les identités et les fonctions des personnes qu’elle met cause, les mails qu’elle évoque et leur contenu". Il est confiant : il sait que la personne à qui Bertin a eu affaire n’était pas directement "de son cabinet". [Voir ci-dessous procès le 7 juin 2017.]

Bertin donne une conférence de presse pour s’expliquer.

En fin de journée, communiqué de la Ville de Nice : "Sandra Bertin, qui a tout notre soutien, a ce soir là avec son équipe, avec courage et sang froid, permis de lever les doutes et de répondre aux premières questions grâce aux caméras de vidéo protection notamment sur de supposées prises d’otage et fusillades qui n’ont en fait pas eu lieu." La ville de Nice rejette "les accusations scandaleuses du ministre d’instrumentalisation des propos d’un agent dans un contexte aussi terrible."

La presse consulte les deux rapports contradictoires (celui de Bertin et celui du Ministère). Bertin précise que "par l’intermédiaire d’un revisionnage", il apparaît qu’à 22h32 "le poids-lourd arrive sur la promenade des Anglais (...). Le plan étant large, il est difficile de réellement distinguer la montée du camion sur la chaussée" mais "lors de la montée sur le trottoir, celle-ci s’effectue en dehors du périmètre fermé des festivités et il n’y a alors aucune présence policière". La police nationale affirme qu’un "barrage, isolant le périmètre piéton était mis en place par des effectifs de la police nationale (...) À l’approche, le camion ne s’est pas arrêté et a contourné le barrage en roulant sur le trottoir". La note précise que selon "l’exploitation des images de vidéoprotection, de la ville, le chauffeur est ‘obligé’ de se déporter sur le trottoir pour contourner les barrières qui obstruent les voies de circulation routière de la Promenade des Anglais. [...] L’angle unique de la caméra orientée sur le barrage en question ne permet pas de voir la réaction de l’équipage PN [police nationale] présent" mais d’autres caméras permettent "d’apercevoir le gyrophare du véhicule de l’équipage qui tient le point [-] ce point qui était tenu par ailleurs pour le défilé militaire de l’après-midi."

Lundi 25 juillet

Estrosi sur Europe 1 : "Je n’accepte pas la mise en cause par Bernard Cazeneuve de l’action des élus de Nice, des Alpes-Maritimes et de la région. Je n’accepte pas que le ministre fasse le tour des plateaux de télévision pour insulter les élus que nous sommes et d’une certaine manière insulter la mémoire des victimes. (...) Depuis le début de la semaine, le ministre de l’Intérieur ne joue pas la transparence."

Ciotti sur RMC : "Il faut établir la vérité et il faut le faire dans la sérénité. Il y a dans les propos des services [du ministre de l’Intérieur] des versions très différentes sur le positionnement du véhicule de police." Il a "confiance en l’enquête judiciaire". Il réclame néanmoins une "commission d’enquête parlementaire" afin que la vérité éclate. "C’est vrai que ces débats peuvent paraître indécents mais ils ont été ouverts parce qu’il y a eu des versions différentes sur les effectifs, le barrage. Ces questions, peut-être parce qu’elles ont eu de mauvaises réponses de la part du ministère de l’Intérieur, créent un doute. Ce doute doit être impérativement levé par l’enquête judiciaire et par une commission d’enquête parlementaire." "Nous le devons aux victimes" et à tous "ceux qui sont intervenus" lors de la tuerie. Il évoque le cas de Sandra Bertin, qui accuse le ministère de l’Intérieur de harcèlement. "Les questions que pose Sandra Bertin sont d’une extrême gravité. Elle mérite d’être entendue. Je ne crois pas que l’on doive l’attaquer comme cela a été fait."

Puisque la personne à laquelle elle a eu affaire s’est présentée comme venant du Ministère de l’Intérieur mais que ce n’était apparemment pas le cas, Bertin donne son signalement a la justice.

Mardi 26 juillet

Deux enquêtes préliminaires sont ouvertes par la justice : une par le parquet de Nice pour "abus d'autorité" suite au signalement déposé par Bertin [voir la suite ci-dessous, 5 janvier 2017] ; une par le parquet de Paris pour "diffamation publique envers un membre du gouvernement et envers la police nationale" suite à la plainte déposée par Cazeneuve (enquête confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes [voir la suite ci-dessous, 7 juin 2017]. Elles viennent donc s'ajouter à l'enquête initiale pour terrorisme conduite sous l’autorité du parquet de Paris par le service anti-terroriste du Ministère de l'Intérieur.

Le Parisien publie un sondage éloquent sur le rapport actuel entre le peuple et les politiciens :


Et l'affaire partage la une de Charlie Hebdo avec le lancement du jeu "Pokemon Go" :

Mercredi 27 juillet - rapport de l'enquête interne du ministère (IGPN)

En réponse à sa demande d'enquête interne formulée le jeudi 21 juillet (suite aux accusations de Libération), Cazeneuve reçoit un rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, dépendant de son ministère) sur le dispositif de sécurité le soir du 14 juillet à Nice. "Par souci de transparence", il le fait rendre public.
La directrice de l'IGPN, Marie-France Moneger-Guyomarc'h, conclut que "ce dispositif n'était pas sous-dimensionné" et confirme les chiffres évoqués depuis deux semaines : 64 membres de la police nationale et 42 de la police municipale. "Nous pouvons certifier que les effectifs annoncés par la police nationale était présents sur la Prom party." Elle souligne toutefois un certain manque de rigueur et "des incertitudes dans la coordination opérationnelle PN/PM". Enfin, elle précise qu'elle n'a pas visionné les images de vidéosurveillance "pour ne pas nuire à l'enquête".
Cette dernière réserve risque de compromettre la pertinence du rapport, étant donné que les contestations avaient été formulées précisément sur la base de ces enregistrements...

Extrait diffusé par le Huffington Post

Curieusement, la presse titre presque unanimement que "le dispositif de sécurité n’était pas sous-dimensionné" et que "l’IGPN confirme la version de Cazeneuve", sans relever les réserves.
Même Le Canard enchaîné, d'habitude satirique, prend résolument le parti du gouvernement à sa une, alors que la justice commence à peine à se pencher sur le débat.

La municipalité pointe immédiatement les contradictions et les questions que le rapport laisse sans réponse.

Jeudi 28 juillet

Le Monde est le premier journal à faire un compte rendu plus équilibré du rapport de l'IGPN (sous le titre "Un dispositif de sécurité « pertinent » mais des problèmes de communication") en relevant : "l’imprudence manifeste dans les prises de parole publiques, le manque de dialogue et de transparence entre les différents acteurs de la sécurité. Voilà en substance ce que conclut le rapport de l’IGPN".

Un peu plus tard, dans le cadre de l'enquête ouverte à Nice, Le Monde publie des attestations de témoins qui confirment les déclarations de Sandra Bertin.

Lundi 1er août

Dans le JDD du 21 août, à propos de la mystérieuse copie des images de vidéosurveillance demandée par l'Élysée dans la nuit du 14 au 15 juillet, le directeur de cabinet du préfet certifie avoir "restitué la bande au procureur adjoint de Nice". "C'est une pièce judiciaire. Elle est restée dans des lieux sécurisés. Elle a été rendue pour destruction le 1er août", jure-t-il.

Dimanche 21 août

Le JDD rapporte les témoignages de la ville de Nice et de la préfecture qui affirment que l'Élysée a demandé une copie des images de vidéosurveillance dans la nuit du 15 juillet entre 4 et 5 heures et qu'un chauffeur est venu chercher le DVD vers 11 h ce jour-là. La présidence dément : "Aucune copie de la vidéosurveillance n'a été transmise à l'Élysée. Ce serait le non-respect de la justice. C'est de la calomnie et de la diffamation." L'Élysée dément "catégoriquement" avoir reçu ou même "demandé" une vidéo. "Le président a bien vu quelques images lors de son passage à Nice, à la cellule interministérielle de crise", admettait-on samedi soir à l'Élysée, avec cette nuance : "C'est le préfet et le procureur qui ont proposé au Président de les voir."

Mercredi 6 septembre - omission dans le rapport de l'IGPN et scandale présidentiel

Pour expliquer le fait qu'aucune unité de forces de gendarmerie mobile n’était présente sur place en dépit de l’état d’urgence alors que c'était le cas en 2015 et en 2014, le rapport de l'IGPN indique que cinq unités étaient alors redéployées respectivement à Carcassonne, Montpellier, Toulouse, Marseille et Avignon, en précisant le motif des quatre premières affectations, mais pas celui d'Avignon. Le député Ciotti relève cette omission et fait rappeler que les gendarmes étaient alors affectés à la sécurité du citoyen François Hollande, qui était alors en visite privée au festival d'Avignon.

Jeudi 5 janvier 2017 - classement sans suite de la plainte contre le ministère

À Nice, le procureur classe sans suite la plainte déposée par Bertin/Pradal/Estrosi pour abus d'autorité suite aux pressions exercées par le ministère de l'Intérieur pour faire modifier le rapport sur le dispositif de sécurité déployé. Les plaignants annoncent leur intention de déposer une nouvelle plainte auprès d'"un juge d'instruction impartial et indépendant".

Jeudi 30 mars - nouvelle plainte contre le ministère pour abus d'autorité et escroquerie aggravée

Sandra Bertin dépose une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, auprès du doyen des juges d'instruction de Nice, pour "abus d'autorité" (suite au rapport qu'on lui a demandé de modifier), mais aussi pour "escroquerie aggravée" (l'ambigüité aurait été délibérément entretenue pour lui faire croire qu'elle devait répondre à des demandes pressantes émanant, non pas de la police nationale, mais directement de la place Beauvau et du cabinet du ministre)

Mercredi 7 juin - le procès en diffamation contre la ville

À Paris, Sandra Bertin comparait pour diffamation publique à la suite de la plainte déposée en juillet 2016 par Bernard Cazeneuve et l'administration de la police nationale.



(mises à jour à venir)

Écrit par SebK, le Mardi 26 Juillet 2016, 15:13 dans la rubrique "Nice".