Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look upon Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.
06/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov à Châteauneuf-Villevieille.
04/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov (Nice, Théâtre de l'Impasse).
03/2017 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, chez Stock.
01/2017 : parution de Ils ne savent pas ce qu'ils font, de Jussi Valtonen, chez Fayard.
12/2016 : "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans le cadre d'une journée d'étude à l'université Rennes 2.
08/2016 : parution du Récif, de Seita Vuorela-Parkkola, chez Actes Sud Junior.
08/2016 : expo sur le pays komi dans les livres étrangers, Bibliothèque nationale de la République de Komi, Syktyvkar.
06/2016 : réédition des Chants des forêts de Nikolai Abramov à la Bibliothèque nationale de la République de Carélie.
05/2016 : réédition du recueil Les Komis – Questions d'histoire et de culture aux Presses de l'Inalco.
01/2016 : présentation de Uuno Kailas de Heinola à Nice au Centre de Documentation Provençale (Bollène).
11/2015 : parution de Noir comme l'ébène, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.
10/2015 : Uuno Kailas de Heinola à Nice – Cent ans de musique et de poésie entre Nice et la Finlande, concert-lecture à Helsinki.
10/2015 : Sofi Oksanen à Nice, rencontre avec Sofi Oksanen et Miquèu de Carabatta à Helsinki autour de Quora despareissèron lu colombs.
09/2015 : première de la pièce d'Alexeï Popov Les cornes par la compagnie La Chance du Débutant (au Théâtre National Komi, Syktyvkar).
09/2015 : parution de Baby Jane, de Sofi Oksanen, au Livre de Poche.
09-12/2015 : résidence de traduction à l'HCAS (Helsinki).
05/2015 : parution de Blanc comme la neige, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Les Alpes maritimes, de Nice à Savone (1/11)
— introduction —
Comme les Alpes et les Apennins forment une longue chaîne qui paraît continue, il est bien sûr très difficile de délimiter les Alpes de façon précise. Toutefois, il semblerait que les deux massifs n'aient pas la même origine, et les géologues s'entendent pour placer une frontière au niveau du col d'Altare. De l'autre côté, la plaine de Vienne marque une séparation nette entre les Alpes et les Carpates. À partir de cette définition, la vue satellite ci-dessous donne une bonne idée de la forme générale de l'arc des Alpes, avec ses crêtes enneigées :

 

Les Alpes occidentales

La carte ci-dessous circonscrit qu'on peut appeler les Alpes occidentales. Cette fois, il s'agit bien d'une délimitation arbitraire, établie sur des critères géographiques. En l'occurrence, cette subdivision est délimitée à l'ouest par la vallée du Rhône, au nord par le haut Rhin, au sud-est par la haute plaine du Pô, et au sud par la mer Ligure (ainsi que, aux extrémités, par les Apennins et par les "Alpes centrales").



Les Alpes occidentales incluent notamment le mont Blanc, point culminant de la chaîne. Elles sont donc particulièrement abruptes, passant très vite de 4810 m d'altitude à plus de 2800 m de profondeur.

Les Alpes sud-occidentales

Dans la partie méridionale, ces Alpes occidentales ont une altitude plus faible, mais le relief reste très accidenté jusqu'à la mer.



Le carte ci-dessus met en évidence une nette différence de relief entre :
  • la Provence, à l'ouest, où le littoral est constitué de larges plaines et où l'arrière-pays est doucement vallonné ;
  • les Alpes proprement dites, très abruptes ;
  • et les collines des Apennins, à l'est.
C'est d'autant plus frappant sur la vue satellite ci-dessous, où l'on distingue l'enneigement :



On peut donc parler d'Alpes maritimes pour désigner la région notée "1" sur la vue ci-dessus (la zone "6" représentant les préalpes de Provence).

Maintenant qu'on a fait ces observations, plaçons les principales villes, ainsi que la frontière France-Italie en vigueur depuis 1947  :



On constate que le continuum des Alpes maritimes, sur le littoral, est borné par Nice et par Savone :

     

Naturellement, la carte des voies ferrées des Alpes sud-occidentales confirme cette observation :



Outre la ligne Nice-Digne qui remonte le Var et passe dans le bassin du Rhône, et celle de Savone qui va vers Acqui et Alexandrie, il  n'y a guère que 3 lignes dans les Alpes maritimes :
  • le secteur Nice-Savone, qui longe le bord de mer (pour moitié dans des tunnels), tronçon de la ligne internationale Gênes-Vintimille-Marseille ouverte en 1872 ;
  • le secteur Savone-Turin, qui contourne les Alpes pour relier le littoral au Piémont en se faufilant entre les Alpes et les Apennins (par le tunnel Sella depuis 1874, ou par celui d'Altare depuis 1923) ;
  • le secteur Nice-Turin, qui traverse les Alpes sous le col de Tende (1 871 m ; tunnel de 8 km à 1 100 m d’altitude, percé en 1898), reliant le Piémont (Coni et Turin) au littoral (avec deux branches, vers Nice par la vallée du Paillon et vers Vintimille par celle de la Roya), ouverte en 1928.
On remarque au passage la bizarrerie de la frontière de 1947, qui a donné la haute vallée de la Roya à la France, tandis que le bas restait à l'Italie, de sorte qu'il faut maintenant traverser la France pour aller de Vintimille à Coni.

Un peu de tectonique et de sismologie

L'arc des Alpes est situé sur la ligne de contact de deux plaques tectoniques du système eurasien (ce qui provoque une croissance d'environ 1 mm par an) :



La carte ci-dessous représente les séismes majeurs provoqués par le rapprochement de ces plaques au fil des derniers siècles :



Sur le littoral, on retrouve nettement la continuité de la ligne Nice-Savone, avec une intensité encore plus importante entre Sanremo et Diano :

  
La carte de gauche représente l'activité sismique sur le versant français des Alpes maritimes entre 1989 et 2012 ; celle de droite donne une idée de l'amplitude maximale des secousses sur le périmètre de l'actuelle région italienne de Ligurie.

Dans l'histoire moderne, le tremblement de terre de 1887 est resté dans les mémoires, de par les dégâts qu'il a causés de Nice à Savone et les traces qu'il a laissées dans le paysage. D'une magnitude estimée entre 6,5 et 6,8, avec un épicentre proche de Diano Marina, il a affecté toute la Ligurie, avec des effondrements et plus ou moins de morts et de blessés (notamment dans les villages dévastés entre Sanremo et Diano) :



Cartes historiques et autres vues d'ensemble

Pour finir, comme j'adore les cartes, voici ce littoral des Alpes maritimes sous différentes perspectives et à différentes époques.


La Ligurie et la province impériale des Alpes-Maritimes dans l'Empire romain, sous le règne de Néron. La Via Julia Augusta longe le littoral.


XVIIe s. Le duché de Savoie est bordé d'orange (Nice, Ville franche, Eze). On reconnaît ensuite la principauté de Monaco (en rose), qui s'étend de Monaco à Menton ; puis la République de Gênes (en vert), à partir de Vintimille. Quelques territoires sont enclavés dans la République Gênes, notamment la principauté d'Oneille, qui appartient aux ducs de Savoie, et le fief impérial du marquisat de Finale.


XVIIIe s. La République de Gênes annexe le marquisat de Finale en 1713. Depuis 1720, les ducs de Savoie sont rois de Sardaigne. Loano, qui était un fief impérial de la famille Doria jusqu'à 1736, constitue maintenant une deuxième enclave des États de Savoie (avec Oneille) dans la République de Gênes.


1805-1814. Les Français ont envahi le Comté de Nice dès 1792. Ils occupent ensuite tout le Piémont et la République de Gênes. Ces conquêtes sont divisées en départements français, notamment, sur le littoral, ceux des Alpes-Maritimes (de Nice à San Remo) et de Montenotte (de Porto Maurizio à Savone).


1815-1847. À la Restauration (1814), les États de Savoie ("États-Sardes") ont été intégralement rétablis, et le Congrès de Vienne y a même annexé l'ancienne République de Gênes.
Cette carte de 1844 met en évidence la crête des Alpes et des Apennins. Le département français des Alpes-Maritimes devient "division de Nice", et le reste de l'ancienne République de Gênes forme la nouvelle "division de Gênes".


  
Sur ces cartes de 1851 et 1859, les contours des anciens territoires niçois et génois sont mis en évidence, mais la frontière entre les deux est un peu vague (frontière d'avant 1793 ? divisions sous la restauration sarde ?).


1848-1860. En 1848, Charles-Albert réorganise le royaume en profondeur, notamment les divisions administratives. Cette carte de 1856 représente clairement les nouvelles divisions (sur le littoral : Nice, Savone, Gênes).


1860-1942. En 1860, les États de Savoie (États-Sardes, futur Royaume d'Italie) ont vendu l'ancien Comté de Nice à l'Empire français. Cette carte de 1866 montre la nouvelle frontière, tout en donnant une bonne idée du relief.


Aujourd'hui, avec le relief, les cours d'eau, les zones urbaines, et la frontière de 1947.

Et encore deux cartes, qui représentent la densité de population en 1912 et en 2012 :
  








De l'estuaire du Var au Capo Mele :



Articles suivants :

Écrit par SebK, le Lundi 2 Mars 2015, 15:13 dans la rubrique "Nice".