Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
03-04/2018 : représentations de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre Ouvert Luxembourg.
01/2018 : Cent ans de musique et de poésie entre Nice et Finlande, concert-lecture autour d’Armas Launis et d’Uuno Kailas, Nice, bibliothèque Louis-Nucéra.
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
11/2017 : Lecture d'extraits de la pièce Purge de Sofi Oksanen au Théâtre de l'Atalante (Paris) dans le cadre des rencontres Traduire - Transmettre.
10/2017-06/2018 : reprise des Cornes d'Alexeï Popov au Théâtre de l'Impasse (+ en tournée le 07/10 à Saint-André et le 27/10 à Falicon).
09/2017 : parution de Norma de Sofi Oksanen en grands caractères (éd. Voir de Près).
08/2017 : parution de l'article "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans la revue bretonne Klask, n° 11.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look at Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu, Musée national d'Estonie.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.
06/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov à Châteauneuf-Villevieille.
04/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov (Nice, Théâtre de l'Impasse).
03/2017 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, chez Stock.
01/2017 : parution de Ils ne savent pas ce qu'ils font, de Jussi Valtonen, chez Fayard.
12/2016 : "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans le cadre d'une journée d'étude à l'université Rennes 2.
08/2016 : parution du Récif, de Seita Vuorela-Parkkola, chez Actes Sud Junior.
08/2016 : expo sur le pays komi dans les livres étrangers, Bibliothèque nationale de la République de Komi, Syktyvkar.
06/2016 : réédition des Chants des forêts de Nikolai Abramov à la Bibliothèque nationale de la République de Carélie.
05/2016 : réédition du recueil Les Komis – Questions d'histoire et de culture aux Presses de l'Inalco.
01/2016 : présentation de Uuno Kailas de Heinola à Nice au Centre de Documentation Provençale (Bollène).
11/2015 : parution de Noir comme l'ébène, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Les Alpes maritimes, de Nice à Savone (4)
— l'ancien comté de Vintimille et les vallées Roya-Nervia —
   
Vintimille et le littoral ligure (province d'Imperia).

Vintimille

Ancien fief de la famille Lascaris, Vintimille fut conquise par la République de Gênes en 1505.

  



     


  
Castel d'Appio, la plus ancienne forteresse de Vintimille, construite par les Génois lors d'une première occupation, au XIIe siècle, afin de défendre la frontière occidentale du pays. Les fondations datent probablement de l'Antiquité romaine. Utilisé jusqu’à la guerre de succession d’Autriche (1746-1747), l'ouvrage est finalement abandonné au XVIIIe siècle au profit de la forteresse de San Paolo, plus basse. Il n'en reste que quelques ruines.


La forteresse de San Paolo, construite sous l'occupation génoise au XIIIe siècle, sur les fondations d'un château antique, fut utilisée jusqu’en 1884 (notamment en 1746-1747).
Le fort de l'Annunziata, sur la Punta della Rocca, date du XIXe siècle. Il fut construit par la Maison de Savoie, aux frais de la France, suite au Traité de Paris de 1814. Également utilisé jusqu’en 1884.


  

Vallée de la Roya


Entre la Vésubie et la Roya, le mont Capelet et la cime du Diable (2685 m), vus de Camp d'Argent. Ces sommets se trouvent à 30 km du littoral.


Les crêtes enneigées vues de Collabassa.


   
La vallée de la Roya vue du col de Tende ; les Alpes vues de Tende. 

     
Tende, Saorge et Fontan. 

     
À Tende, le monument aux morts commémore les soldats tombés pour l'Italie (puisque la commune n'a été annexée à la France qu'en 1947).
  


Viaduc ferroviaire de Scarassoui (1978) et entrée d'un tunnel hélicoïdal, vus de la sortie du même tunnel.

   
Breil-sur-Roya.


Piène Basse.




  
Airole. La Roya vue de Collabassa.




Vintimille et la Roya

Vallée de la Bevera

   
Vallée de la Bevera et massif de l'Authion. 
De par leur position stratégique dominant les vallées de la Vésubie, de la Bevera et de la Roya, les crêtes de l'Authion ont été le décor de violents combats frontaliers entre la France et les États de Savoie (notamment lors des guerres de 1792-1796 et de 1940-1943), puis entre les Allemands et les Alliés en 1944-1945. On le constate encore en voyant les ouvrages militaires des XIX-XXe siècles et les nombreux cratères et éclats d'obus dispersés dans les environs.

     
Sur l'Authion, la redoute de la Pointe-des-Trois-Communes (fin XIXe s., sur l'emplacement d'une ancienne batterie savoisienne), utilisée jusqu'à 1945. À droite, à près de 2000 m d'altitude, un char de la "1e Division Française Libre" (char américain repeint), endommagé par une mine, rappelle les combats d'avril 1945.


      
Formant un passage incontournable pour traverser la Bevera, Sospel occupait une position stratégique sur la route royale Nice-Turin. Le pont de pierre et son ancien octroi témoignent de cette époque.


La voie ferrée française de Breil à Nice (1928) franchit le col de Braus entre la Bevera (bassin de la Roya) et le Paillon.


Le village de Collabassa surplombant les gorges de la Bevera.

  
Collabassa. L'église paroissiale Saint-Clément (années 1790).
     

Vallée de la Nervia

Contrairement à la basse Nervia, qui appartenait aux Lascaris puis à Gênes, la haute vallée faisait partie du Comté de Nice. Elle en a été séparée en 1860, pour rester dans les États de Savoie.

  
Castelvittorio (vu de Pigna). - Anciennement "Castelfranco", le village a reçu son nouveau nom dans les années 1860, en hommage au roi Victor-Emmanuel II.
  



     
Pigna.
     




Les villages d'Apricale et Perinaldo, de part et d'autre du Rio Merdanzo.


     
Le village d'Apricale fut gravement endommagé par le tremblement de terre de 1887.
     

  




Perinaldo vu d'Apricale.



  
Isolabona.
  




  
Dolceacqua.
     

  



Camporosso et la Valle Nervia.


L'embouchure de la Nervia, entre Vintimille et Camporosso.

Vallecrosia


"Il Torrione", l'une des cinq tours défensives construite à l'époque des raids barbaresques.

Principauté de Seborga

Depuis l'époque des croisades, la principautée de Seborga appartenait aux moines des îles de Lérins et se trouvait donc dans la sphère administrative du Comté de Provence, incorporé au Royaume de France en 1481. Ce petit territoire francais était enclavé entre la République de Gênes et les États de Savoie. Désireux de consolider et étendre son royaume, Victor-Amédée II de Savoie acheta Seborga aux moines de Lérins en 1729 et l'adjoignit au Comté de Nice. Selon l'histoire officielle, l'ancienne principauté fit ensuite partie intégrante des États de Savoie (Royaume de Sardaigne, abolition des privilèges sous Charles-Albert, Royaume d'Italie jusqu'à 1946, puis République italienne). Depuis les années 1960, l'histoire locale conteste l'acte de vente de 1729 et considère que la principauté n'était qu'un protectorat de la Maison de Savoie ; par ailleurs, après la chute de la dynastie, le statut de ce protectorat n'a pas été explicité dans le traité de paix de 1947, d'où l'on peut déduire qu'il n'a jamais formellement fait partie de la République italienne.

  

  

  



  
Maison natale de Giorgio Carbone (1936-2009), prince de Seborga sous le nom de Giorgio I.

  
Un buste d'Umberto de Savoie rend hommage à "la dynastie protectrice" (1920). - Depuis, la "place Umberto Ier" a été renommée "place de la Liberté".  


 
   
Le littoral et Bordighera. 

Suite : Sanremo.
Page d'accueil : Les Alpes maritimes, de Nice à Savone.
Écrit par SebK, le Jeudi 12 Mars 2015, 03:48 dans la rubrique "Nice".