Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Danube   Finlande   France   Komi   Mordovie   Neva   Nice   Oudmourtie   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
automne 2014 : parution de Rouge comme le sang, de Salla Simukka, chez Hachette "Black Moon".
05/2014 : parution de Baby Jane, de Sofi Oksanen, chez Stock.
04/2014 : parution des Quand les colombes disparurent, de Sofi Oksanen, au Livre de Poche.
03/2014 : parution de La Sage-femme, de Katja Kettu, chez Actes Sud.
03/2014 : parution (en russe) d'une interview, de la nouvelle Le mur et de l'article "M.N. Lebedev et la satire politique du monde contemporain" dans la revue Арт.
02/2014 : Semaine komie à Nice.
12/2013 : "Quora despareissèron lu colombs: translating a Finnish bestseller to a minority language of France" (Université de Helsinki, colloque Language revitalization in a Russian and European context: Exploring solutions for minority language maintenance).
11/2013 : présentation des Colombs en Iamal (Salekhard, 12e Congrès des écrivains finno-ougriens).
11/2013 : "Кыдзи вуджöдiсны Савинлысь гижöдъяссö" ["Traduire Savine"] (Académie des Sciences de Russie, Syktyvkar, colloque Savine).
11/2013 : "Entre Savoie et Romanov : la famille niçoise Michaud de Beauretour – Une synthèse complétée par des données inédites" (Beaulieu-sur-Mer, colloque Romanov).
06/10/2013 : présentation des Colombs au Festival du Livre de Mouans-Sartoux.
09/2013 : "The role of drama in the construction of national identities in the Ural-Volga area, through examples of Finno-Ugric interaction" (colloque "Oural-Volga", Samara).
08/2013 : présentation des Colombs à Annot.
06/2013 : parution de "La langue marie au théâtre et à l'opéra – Survol d'un genre littéraire prolifique" dans le volume collectif Les Maris – Un peuple finno-ougrien de Russie centrale.
01/06/2013 : lecture et table ronde avec Joni Pyysalo (Nuit de la Littérature, Paris).
22/05/2013 : présentation des Colombs à Contes.
05/2013 : parution de Quand les colombes disparurent, de Sofi Oksanen, chez Stock.
02/05/2013 : rencontres avec Sofi Oksanen au lycée Calmette, à la bibliothèque Louis Nucéra et à la librairie Jean Jaurès (Nice).
04/2013 : parution de Quora despareissèron lu colombs, de Sofi Oksanen, à l'IEO-CREO PACA.
04/2013 : parution des Vaches de Staline, de Sofi Oksanen, au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


— nouvelles bilingues de Miquèl de Carabatta —
L'avis de Jean-Pierre Baquié, président de l’IEO-06 :
      Lo premier tèxto que legiguèri de Miquèl de Carabatta siguèt Lo barròco funeral de paure Mèstre Simon-Pèire Sartre, que l’autor presentèt au concors literari dei "Amics de Mesclum" ; lo segond tèxto que descurbèri d’eu, siguèt Augustinha, au concors literari dei "Pays de Paillon". Per cas, èri present en li doi juradas e capissèri qu’eravam faça a un autor dei grans, d’aquelu que pòrtan la lenga occitana mai luenh, que la fan evoluar en dignitat e qu’aviavam en tant qu’associacion lo dever de publicar li nòvas de Miquèl. La lenga emplegada es bèla, druda, gaireben poetica.
      L’autor a causit de vos presentar sèt nòvas qu’anatz descurbir : cinc son en occitan de Niça e doi en lo parlar de Ribassiera (vivaro-aupin), gaire luenh d’aqueu qu’emplegava Francís Gag en li sieu Minuta. L’IEO-06 a causit de presentar lo libre embé la sieu traduccion francea. Li rasons : lo travalh immense de traduccion fach da l’autor, mas tanben la respòsta a una demanda dau public, la dubertura de l’òbra de Miquèl ai non occitanofònes… Vos desiri una bòna lectura, ieu mi siáu congostat.

La préface de Magali Bizot-Dargent :
      N’es deis escrichs coma dei personas, ne’n rescontrètz, ne’n frequentètz, ne’n decriptètz fòrça, e puei sensa que ren vos vengue alertar, Lo Rescòntre ! Èri a legir de tèxtes per una jurada. Fòrça tèxtes, e subran demieg dei ben escrichs… mai ben cròs, dei mau-gaubiats… mai interessants elei, deis esmovents-de-coratge, dei tot-enregits de formalisme, dei francament pas sauvables, Lo rescontrèri ! Un rescòntre primier ruscós, que lo parlat niçard-gavòt m’es pas tant familhier, pasmens la lenga n’èra bèla, evidenta, lo racònte fòrt, l’esmouguda prenenta, l’estile poissant, dins Augustinha caupissiá un monde, un univèrs originau… L’exaltacion de la descubèrta me prenguèt tota, èri en presència d’una pepita, d’un escrivan vertadier… Lo mai penós fuguèt de convéncer la jurada, que d’unei avián fugit davant l’obstacle de l’exotisme dialectau.
      Puei l’escrivan, lo Miquèl de Carabatta, l’òme, lo veguèri que presentava sa traduccion d’una òbra finèsa, èra tant just son parlat, tant prenent coma son escritura. E uei me demanda aquel òme una entamenada per son primier libre de novèlas. Suspresa… Fiertat… Panica ! Sabi pas faire aquò ieu ! Leis entamenadas, prefàcias e postfàcias de totei menas lei legissi pas en generau, lo confèssi, vau dirècte au tèxte. Me tròbi primier d’excusas espontaneas, d’alibis, d’escapatòris divèrs e variats, pasmens me tafura l’enveja de dire mon plaser, me bostiga la curiositat de saupre, de legir çò qu’aurà puèi escrich… Basta, acabats lei trantalhatges, li fau anar ! E li anèri, cabussèri dins lei tèxtes que me mandèt. Barba Joan, barba Michòu, lo fantasma, lei funeralhas e leis autrei, leis engoliguèri totei… Venguèt puei Maria. Maria, perla negra tant crudèla perque tant veràia ! Racònte, poesia, umor, filosofia, absurditat dei vidas perdudas… me laissèri menar, me laissèri prendre, tota !
      Après, ges de pensaments, ges d’inquietuda, coma ieu lo legeire aurà que de se laissar portar, embelinat, pivelat per la lenga, per l’esmouguda, per l’univèrs de l’autor, de l’escrivan bèu que va aguer l’astre, lo bonur de rescontrar per lo bèu primier còp. Ai ! Lo Rescòntre ! La fernison doça ! Lo plaser que monta au fieu dei paginas ! Seriáu quasi gelosa d’aqueleis astrucs que lo van sentir, que lo van saborar aqueu rescòntre iniciau !


Miquèl de Carabatta, Lo barròco funeral de paure Mèstre Simon-Pèire Sartre e autri nòvas (Les extravagantes funérailles du regretté Simon-Pierre Sartre et autres nouvelles), IEO-06 edicions, 282 pages, ISBN 978-2-95402701-1-1. 15 €. Parution : septembre 2014.

Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Lundi 15 Septembre 2014, 09:38 dans la rubrique "Nice".


— première apparition dans la baie des Anges —
Depuis l'annonce de la réintroduction des dinosaures en milieu urbain, Nice est sur le qui-vive. Le président de la Métropole Nice-Côte-d'Azur et le président du Conseil général des Alpes-Maritimes viennent de signer un arrêté interdisant la circulation dans les rues aux "reptiles de plus de 50 cm non tenus en laisse".

Ne sachant de quel côté la menace allait arriver, les gardes du Mercantour ont pris la mesure préventive de lâcher une dizaine de loups dans les zones frontalières avec le Piémont et les Alpes-de-Haute-Provence, la DCPAF renforce les contrôles à Vintimille et au péage de la Turbie, et les sauveteurs aquatiques surveillent le littoral avec une vigilance accrue.



Malgré toutes ces précautions, un brontosaure a été aperçu aujourd'hui sur les plages de Nice. Selon les premiers témoignages, il aurait dévoré deux touristes finlandais, et il allait s'en prendre à un A319 de Cathay Pacific quand il a été enlevé par Brigitte Bardot, qui a promis de veiller à son bien-être.

     
Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Jeudi 10 Juillet 2014, 18:46 dans la rubrique "Nice".


— ConIFA World Football Cup —
http://worldfootballcup.org/wp-content/themes/footballcup/images/logo.jpgLa ConIFA organise sa première Coupe du monde de football en juin 2014. Le championnat se déroule à Östersund (Suède), en Laponie méridionale.

Organisation fondée en 2013 à Luleå (Suède), la ConIFA (CONfederation of Independent Football Associations) réunit des équipes qui, pour des raisons diverses, ne sont pas affiliées à la FIFA. Il s'agit donc de foot indépendant, hors des structures commerciales habituelles.

Après quelques difficultés d’organisation, qui ont empêché Québec et Zanzibar participer, les 12 équipes en compétition sont les suivantes : Abkhazia FA (l’Abkhazie, frontière Géorgie-Russie), Arameans Suryoye FA (la diaspora des Araméens ou Assyriens), Countea de Nissa FA (le Comté de Nice, frontière France-Italie), Darfur United (le Darfour, dans l’ouest du Soudan et les camps de réfugiés au Tchad), Ellan Vannin (l’Île de Man, dans la mer d’Irlande), Kurdistan FA (le Kurdistan, à cheval sur l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie), Nagorno Karabakh FA (le Haut-Karabagh, frontière Azerbaïdjan-Arménie), Associacion Occitania de Fotbòl (l’Occitanie, France méridionale), Padania FA (la Padanie, bassin du Pô, en Italie du Nord et Croatie-Slovénie), FA Sápmi (la Laponie, à cheval sur la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie), South Ossetia (l’Ossétie du Sud, au nord de la Géorgie), Tamil Eelam FA (les Tamouls, au Sri Lanka).

Les matchs de poule se dérouleront sur trois jours :
dimanche 1er juin
10h : groupe C – Darfur United vs Padania FA
13h : groupe A – Kurdistan FA vs Arameans Suryoye FA
16h : groupe B – Abkhazia FA vs Associacion Occitania de Fotbòl
19h : groupe D – Ellan Vannin vs Nagorno Karabakh FA
lundi 2 juin
10h : groupe A – Tamil Eelam FA vs Arameans Suryoye FA
13h : groupe C – Darfur United vs South Ossetia
16h : groupe B – Abkhazia FA vs FA Sapmi
19h : groupe D – Ellan Vannin vs Countea de Nissa FA
mardi 3 juin
10h : groupe A – Tamil Eelam FA vs Kurdistan FA 
13h : groupe C – South Ossetia vs Padania FA
16h : groupe B – Associacion Occitania de Fotbòl vs FA Sapmi
19h : groupe D – Nagorno Karabakh FA vs Countea de Nissa FA
Les quarts de finale auront lieu le mercredi 4, les demi-finales le vendredi 6, et la finale le dimanche 8. Tous les matchs se tiendront à la Jämtkraft Arena d’Östersund.

Cette rencontre sportive revêt bien sûr une grande dimension culturelle. Pendant toute la semaine, le festival Saepmie Welcomes se propose de faire connaître la culture des Sames du Sud, ainsi que celles des participants (stands, expositions, conférences, concerts...).

L'équipe niçoise, fondée en avril 2014 à l'initiative de Cédric Messina, est sélectionnée par Jean-Philippe Mattio et Frédéric Gioria.

  


Résultats



Nissa la Bella
retentit sur la pelouse de la Jämtkraft Arena

Le premier match est rude : avec deux penaltys en faveur de l'île de Man, le score final est de 4–2.



L'île de Man ayant également vaincu le Haut-Karabagh (3–2), il faut que le Comté de Nice se distingue dans son second match de poule. En marquant un point contre le Haut-Karabagh, la Selecioun se qualifie pour les quarts de finale.



En quarts de finale, la Selecioun élimine la Padanie (1–2), l'équipe favorite de la compétition, triple champion du monde hors FIFA ! La jeune équipe surprend tout le monde et accède aux demi-finales.



Pendant ce temps, les trois autres matchs de quart de finale se départagent aux tirs au but : l'Ossétie du Sud gagne face à l'Abkhazie, les Araméens éliminent l'équipe occitane, et l'île de Man l'emporte sur le Kurdistan.

La demi-finale contre l'Ossétie du Sud est une large victoire la Selecioun (3–0 : Malik Tchokounte 3' et 28', Kevin Puyoo 83'). Le Comté de Nice est en finale.

      
Retransmission de la demi-finale en direct sur le quai des États-Unis.

En finale, on retombe sur la configuration du premier match de la Selecioun : Comté de Nice – île de Man. Impossible de marquer, dans un camp comme dans l'autre. Les finalistes sont départagés aux tirs au but (5–3). Première compétition, première victoire. Le Comté de Nice est champion du monde !



Et voici un aperçu du retour au pays :






[photo Facebook La Selecioun]

Mis à jour le 11 juin 2014.
Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Samedi 31 Mai 2014, 17:06 dans la rubrique "Nice".


— un épisode méconnu du Risorgimento —
En 1866, tandis qu'il est en train de rassembler des volontaires pour partir à la conquête de la Vénétie en arborant les fameuses "chemises rouges", Garibaldi rencontre à Côme un certain Eduard Wolf, qui dirige une entreprise de draperie et de teinturerie dans la campagne saxonne. Suite à cette rencontre, la petite ville de Kirchberg, en Saxe, va se mettre à fabriquer des milliers de chemises rouges à la demande du général niçois. Voilà, en gros, l'anecdote présentée sur cette page.

Garibaldi et les guerres du Risorgimento

Tout d'abord, essayons d'y voir plus clair dans le contexte européen de l'époque. La carte ci-dessous [cliquer pour l'agrandir] représente le découpage de l'Europe en 1859, juste avant les conquêtes piémontaises sur la Lombardie et la péninsule italienne. Les royaumes de Sardaigne et de Saxe sont mis en évidence en vert ; leur capitales (Turin et Dresde) en rouge ; Nice et Kirchberg en bleu (ainsi que Côme, en Lombardie).


Dès les années 1850, le Niçois Giuseppe Garibaldi (1807-1882) est déjà connu en Europe et en Amérique comme « le héros des temps modernes », « l’homme le plus célèbre de notre siècle depuis Napoléon Ier », etc. À partir de 1858, le comte de Cavour, président du Conseil du Royaume de Sardaigne, fait appel à lui pour soutenir une action militaire en Lombardie : c’est ce qu’on appelle la « Deuxième guerre d’indépendance italienne », qui aboutit à l’annexion de la Lombardie au Royaume de Sardaigne. Ce que Garibaldi ne sait pas, et qu’il découvre avec stupeur en 1860, c’est que le soutien militaire français dont a bénéficié le royaume dans cette opération avait été conclu en échange d’une cession territoriale : conformément à un accord secret négocié en juillet 1858 à Plombières et signé en janvier 1859 à Turin, le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II de Savoie cède à l’empereur des Français Napoléon III le Comté de Nice, pays natal de Garibaldi, et la Savoie, berceau historique de la dynastie. Paradoxalement, pour réaliser son rêve d’« unité italienne », la Maison de Savoie renonce ainsi à ses deux territoires originels.

Toutefois, le général continue de servir son roi. En 1860, Garibaldi et ses « chemises rouges » accomplissent l’« Expédition des Mille », qui consiste à annexer le Royaume des Deux-Siciles (bordé de jaune sur la carte ci-dessus). À Turin, suite à cette victoire, Victor-Emmanuel II proclame le Royaume d’Italie en mars 1861.

En 1866 [photo ci-contre], Garibaldi se prépare à diriger une campagne qu’on appellera la « Troisième guerre d’indépendance italienne », opposant l’alliance italo-prussienne à l’Empire d’Autriche, qui va conduire à l’annexion de la Vénétie. C’est alors qu’il rencontre à Côme un certain Eduard Wolf (1831-1869). Wolf dirige avec ses frères une grande entreprise familiale de draperie et de teinturerie dans la ville saxonne de Kirchberg. Garibaldi a un besoin urgent de vêtements pour ses soldats : il passe donc commande de 15.000 chemises rouges.

Kirchberg et l'essor de l'industrie textile

Depuis le XVe siècle, la ville de Kirchberg se consacre à la draperie artisanale. La carte physique ci-dessous donne une idée de sa localisation, sur un massif de granit entre Zwickau et les monts Métallifères.


La ville de Kirchberg est située sur le cours du Rödelbach, affluent de la Zwickauer Mulde. Zwickauer Mulde et Freiberger Mulde (où se déverse notamment la Zschopau) se réunissent à Sermuth (Colditz), puis se jettent dans l’Elbe en Saxe-Anhalt.


Kirchberg se targue de partager avec Rome le titre de « ville aux sept collines ». Située à 349 m d’altitude, la ville est entourée des collines Borberg (435 m), Geiersberg (426 m), Kreuzhübel (428 m), Krähenberg (441 m), Quirlsberg (398 m), Kratzberg (478 m) et Schießhausberg (440 m).



Fils de Johann Gottfried Wolf (1740-1784) et petit-fils de Johann Michael Wolf (né en 1708), Johann Gottfried Wolf (1784-1868, portrait ci-dessous) est issu d’une vieille famille de notables de Kirchberg : maîtres drapiers et tisserands, maires et conseillers municipaux, etc. En 1801, âgé d’à peine 17 ans, il fonde une entreprise de draperie, "J.G. Wolf senior", qu’il va diriger avec succès jusqu’en 1856. L'entreprise est créée dans l’Auerbacher Straße. Wolf fréquente les grandes foires internationales comme celle de Leipzig, et les marchés des environs, contribuant largement à la notoriété des tissus de Kirchberg dans les pays voisins.

     
Johann Gottfried Wolf et le blason de sa famille.

Les fils nés de ses deux mariages poursuivent, élargissent et développent les activités créées par leur père. Le siège social est transféré au cœur de la vieille ville de Kirchberg, sur la place du marché (actuel Torstraße 13), une maison qui appartient alors au maire de Kirchberg, Paul Wolf. Avec eux, l'entreprise s'étend sur plusieurs hameaux et quartiers de Kirchberg. Parmi les fils d'un deuxième mariage, Eduard Wolf (1831-1869) s'en va traverser les Alpes pour conquérir de nouveaux marchés...

     
La place du Marché, avec l'église Sainte-Marguerite et l'Hôtel de Ville.

Eduard Wolf et les chemises rouges

De passage à Côme, Eduard Wolf y rencontre Giuseppe Garibaldi, qui lui passe commande de 15.000 chemises rouges destinées à équiper ses soldats pour une nouvelle confrontation avec les Autrichiens. Outre une main-d’œuvre considérable pour une petite ville comme Kirchberg, une telle commande requiert un certain savoir-faire. Car le rouge demandé par Garibaldi n'est pas n'importe quel rouge. Il ne s'agit pas de la garance, teinture naturelle d'origine végétale largement utilisée en Europe, mais du rouge écarlate obtenu à partir de la cochenille.

  
Des cochenilles séchées dans un mortier. Au-dessus de différents échantillons de teinture naturelle, une chemise rouge garibaldienne fabriquée selon le procédé traditionnel.

Originaire d'Amérique du Sud, la cochenille dactylopius coccus est un parasite du figuier de Barbarie. Les femelles produisent de l'acide carminique, recherché pour sa couleur rouge très intense, et utilisé depuis des siècles comme teinture naturelle (et aujourd'hui encore comme colorant alimentaire ou dans les cosmétiques). Les insectes sont récoltés sur le cactus, tués et séchés (par exemple au soleil ou à l'aide d'un four), puis broyés afin d'en extraire la teinture.

À l'époque, la teinturerie Wolf se trouve dans l'immeuble mentionné précédemment sur la place du marché, en face de l’Hôtel de Ville. Aujourd’hui, le bâtiment a été divisé en logements et commerces ; mais la cour est toujours là, avec notamment la cheminée qui servait à sécher les cochenilles pour préparer la teinture rouge.

     
L'ancienne teinturerie Wolf, devant de l'Hôtel de Ville. À l'entrée, une plaque commémore la fabrication des 15.000 chemises rouges.

     
Le premier étage est occupé aujourd'hui par des appartements. Dans les boutiques du rez-de-chaussée, on reconnaît les anciens ateliers où les tissus étaient fabriqués et mis à sécher.

     

La cheminée de la teinturerie (avec, en arrière-plan, le clocher de Sainte-Marguerite).

  

Après ce contrat qui donne du travail à de nombreux ouvriers de la ville, la maison Wolf se développe plus que jamais, avec l'acquisition de nouvelles usines.



En fin de compte, toute la ville est organisée autour de l’activité de l’entreprise Wolf et de ses nombreux employés. Aussi les bâtiments de Kirchberg, aujourd'hui encore, témoignent-ils de cette époque où l'industrie textile était la principale activité économique.

     
Cet immeuble, aujourd'hui repris par une banque, faisait partie des usines Wolf. On reconnaît les ornements caractéristiques sur le thème de la laine et de toutes les étapes de fabrication du textile.


Des logements ouvriers, vestiges de l'âge d'or de l'industrie textile à Kirchberg.

En 1881, sous le règne du roi Albert de Saxe, le chemin de fer fait son entrée à Kirchberg. C'est un événement historique à plus d'un titre. Il faut souligner qu'il s'agit de la première des nombreuses lignes à voie étroite qui vont fleurir en Saxe jusqu'à la Première Guerre mondiale. Ce nouveau moyen de communication favorise les échanges avec les monts Métallifères et avec la ville de Zwickau, ce qui est un gros atout pour l'industrie textile de Kirchberg. La ligne restera en fonction jusqu'en 1973. Aujourd'hui, il n'en reste que peu de traces, comme ici l'ancien bâtiment de la gare : 


À propos du roi Albert, signalons au passage qu'il venait de faire un séjour sur la "Côte d'Azur" en 1878, en compagnie de son épouse la reine Caroline (princesse de Vasa, petite-fille en exil de Gustave IV de Suède), pour y côtoyer la reine Victoria, qui passait l'hiver à Menton.

Mais revenons-en à Kirchberg. En 1901, on célèbre le centenaire de l’entreprise familiale, à l’occasion duquel Hermann Wolf reçoit un titre honorifique du Royaume de Saxe. Il meurt en 1906. Ses fils reprennent le commerce, tout en siégeant au conseil municipal de Kirchberg. 1926 est l'année du 125e anniversaire. Curt Wolf Sr. reçoit alors le statut de citoyen d’honneur de la ville, et un certain Paul Dahne publie à Leipzig une chronique intitulée 125 Jahre J.G. Wolf sen. Kirchberg Sa.. C’est la principale source d’information sur l’histoire de la famille et de l’entreprise. Le dernier patron de la lignée sera Johann Gottfried Dietrich Wolf (1916-1996), qui mourra en exil en Bavière.


Le tombeau de la famille Wolf au cimetière de Kirchberg.

Après la Deuxième Guerre mondiale, la famille Wolf s'enfuit à l'Ouest et l'entreprise est collectivisée. Apparemment abandonné depuis 1989, le plus vaste édifice industriel en plein centre-ville, au bord du Rödelbach, porte encore l'enseigne Kirchberger Textilwerke VEB (VEB = Volkseigener Betrieb, c'est-à-dire "entreprise appartenant au peuple").


Commémorations

À Kirchberg, Klaus et Juliane Merkel perpétuent le souvenir de la famille Wolf, ainsi que le savoir-faire des teintures naturelles traditionnelles. En octobre 2006, ils sont reçus à Ravenne, où ils présentent le procédé mis en œuvre par la maison Wolf pour produire les fameuses camicie rosse. À cette occasion, une chemise rouge est fabriquée selon cette recette. En mai 2007, le maire de Ravenne est reçu à Kirchberg dans le cadre des célébrations du bicentenaire de Garibaldi. Ces rencontres encouragent la fondation, en 2010, d'une Association Garibaldi d’Allemagne.

     

[photos : avril 2014]
Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Vendredi 16 Mai 2014, 20:32 dans la rubrique "Saxe".


À ma connaissance, il n'existe que deux villes au monde où une statue soit dédiée à  Charles-Félix de Savoie dans l'espace public : Nice et Cagliari.

À Nice, la statue rappelle aujourd'hui le demi-millénaire (1388-1860) que le Comté de Nice a passé sous la protection des souverains de Savoie, du Moyen-Âge à l'ère industrielle. C'est donc un symbole de continuité et de stabilité. En particulier, le monument commémore le règne de Charles-Félix, roi de Sardaigne de 1821 à 1831.

En novembre 1826, le roi se rend à Nice avec la reine Marie-Christine. Ils résident au Palais Royal. Cette visite royale va laisser de nombreuses traces. Les constructions des Ponchettes sont percées d'un nouveau passage : la porte Carlo-Felice. Celle-ci relie directement la place Carlo-Felice (à l'est du cours Saleya) au bord de mer. En 1827, la corporation des serruriers de la ville fait ériger sur cette place un monument pour commémorer la visite du roi. Il s'agit d'une petite colonne en alliage de fer et de pierre blanche, avec un aigle à sa base et un monogramme royal à son sommet (le monument sera supprimé en 1861). La même année, les Juifs de Nice font ériger un monument d'inspiration égyptienne, en forme d'obélisque, à l'entrée du pont Neuf, sur la rive gauche, pour rendre hommage au roi Carlo Felice et rappeler les engagements pris par la Maison de Savoie pour protéger leur communauté (ce monument disparaîtra aussi juste après l'annexion, en 1861).

Dessinée par Paul-Émile Barberi, la statue fut érigée en 1828 au bord du port Lympia (et se trouve aujourd'hui dans le square Guynemer). Vêtu à la manière de son ancêtre Charles-Emmanuel, le roi montre du doigt le nouveau port de Nice, rappelant ainsi qu'il a rétabli le statut de port franc dont Nice bénéficiait depuis 1612 (sous le duc de Savoie et prince de Piémont Charles-Emmanuel, donc) et qui avait été aboli pendant l'occupation française. Le doigt en question est resté amputé suite aux émeutes qui éclatèrent lorsque Victor-Emanuel II révoqua les franchises du port dans les années 1850.

À Cagliari, la statue de Charles-Félix est beaucoup plus controversée. Elle rappelle les relations orageuses entre la Maison de Savoie et l'île de Sardaigne, où cette brève période (1720-1946) n'est autre qu'une énième occupation, après la conquête aragonaise de 1323, la domination espagnole (1478-1714) et les quelques années autrichiennes (1714-1720).

La relation de Charles-Félix avec Cagliari est particulière dans la mesure où, avant de monter sur le trône du Royaume, il gouverna l'île de 1799 à 1817 en tant que vice-roi (statut spécifique hérité des dynasties qui régnaient précédemment sur la Sardaigne).

Le projet de monument est décidé en 1827, et la statue est réalisée en 1830. La sculpture est l’œuvre du sculpteur sarde Andrea Galassi. Ce n'est qu'en 1860 que le monument a pris sa position actuelle sur la place San-Carlo – nommée ainsi, précisément, en hommage à Charles-Félix (aujourd'hui place Yenne, du nom du vice-roi qui l'a aménagée en 1822). La statue montre du doigt la Strada Statale 131, dont elle marque le kilomètre zéro : il s'agit de la principale route de l'île, qui va de Cagliari à Porto Torres et qui porte justement le nom de Carlo Felice.

En Sardaigne, on trouve aussi une petite Via Carlo Felice à Monastir. Les autres lieux publics qui portent le nom de ce souverain se trouvent dans l'ancienne capitale du Royaume, Turin (piazza Carlo Felice), et dans la grande conquête de 1815, Gênes (Teatro Carlo Felice – il paraît d'ailleurs que le roi était féru de théâtre et qu'il avait même composé des pièces).

[photos SC]
Lire la suite de l'article ! (et 1 commentaires)
Écrit par SebK, le Mercredi 16 Avril 2014, 12:32 dans la rubrique "statuaire urbaine".


— 1809 dans l'histoire de Nice —
Érigé en 1869, neuf après l'annexion de Nice à l'Empire français, le monument ci-contre commémore le maréchal Masséna, et en particulier sa victoire à la bataille d'Essling, qui opposa la France napoléonienne à l'Autriche et dont on commémore alors le 60e anniversaire.

André Masséna est né à Nice en 1758. Très jeune, il prend le large et passe son adolescence dans la marine marchande. Dans le port de Toulon, il est recruté par un régiment français : à 17 ans, il abandonne alors sa patrie et sa carrière maritime. Il sert quelque temps dans l'armée française, mais la quitte faute de perspectives d'évolution. La Révolution française lui offre une nouvelle opportunité. Il s'inscrit alors dans un régiment de volontaires. En septembre 1792, le lieutenant-colonel Masséna participe ainsi à l'invasion de son pays natal aux côtés des volontaires français. Épouvantée, la population a quitté la ville avec l'armée, en direction de l'Escarène, pour chercher refuge dans les montagnes et en Piémont. Le lieutenant-colonel Masséna participe activement aux opérations. Il chasse les troupes alliées du Comté et met à profit la bonne connaissance qu'il a de son pays natal pour traquer et réprimer les résistants. Partout, il est remarqué pour ses pillages, qui feront la fortune de sa famille. En 1793, la France revendique l'annexion du Comté de Nice. Masséna devient général. En 1796, il commande l'avant-garde de l'armée d’Italie de Bonaparte et se distingue à Rivoli. En 1809, il ouvre la bataille d’Essling (ce qui lui vaut le titre de "prince d'Essling") et prend une part décisive à celle de Wagram.

Après 22 ans d'oppression, le Comté de Nice est libéré en 1814 et le Royaume de Sardaigne est restauré. Pendant ce temps, Masséna passe au service des Bourbon et meurt à Paris en 1817.

Lors de l'annexion du Comté de Nice à l'Empire français en 1860, les premières mesures du pouvoir colonial consisteront à fermer les établissements d'enseignement supérieur et la Cour d'Appel, à renommer la "place Charles-Albert" (le roi qui avait aboli la monarchie absolue en 1847) en "place Masséna", à démonter le monument des Juifs et celui des serruriers (élevés en 1827 en l'honneur du roi Charles-Félix) et à ériger la statue ci-dessus.

Fraîchement restaurée, la statue de Masséna trône aujourd'hui en plein centre-ville, revêtue de cette inscription énigmatique : "Nice à Masséna, 1809-1909".



[photos : novembre 2013]
Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Jeudi 3 Avril 2014, 17:29 dans la rubrique "statuaire urbaine".


— un opéra niçois de Richard Wagner et Jan Bedřich Kittl —
En 1833, l'écrivain allemand Heinrich König (1790-1869) publie à Leipzig, chez Brockhaus, un roman intitulé Die hohe Braut (La noble fiancée), une histoire d'amour dans le contexte dramatique de l'invasion du Comté de Nice par l'armée française en 1792. Maintenant que Napoléon a été écarté et que l'ordre ancien est rétabli, toute l'Europe commence à réfléchir plus calmement aux événements de ces dernières décennies. Aussi ce roman stimule-t-il l'inspiration du jeune poète et compositeur Richard Wagner (1813-1883). Il se rappelle sa première réaction aux récits de la révolution française, réaction d'horreur et de dégoût. Puis, avec le recul, il prend conscience des belles idées qui étaient à l'origine de cette révolution, et il se trouve tiraillé entre des sentiments contradictoires. Voilà donc un sujet idéal pour un grand opéra ! Une histoire d'amour contrariée par les traditions d'une société de classes, dans un contexte historique partagé entre l'idéal de liberté promu par la Révolution et la violence des massacres perpétrés en France et dans les pays voisins. Et cette histoire récente résonne déjà, en Europe, avec les mouvements sociaux des années 1830-1840.

Âgé de 20 ans, le jeune Wagner [portrait ci-contre], totalement inconnu, se bat pour s'introduire dans les grandes capitales culturelles européennes, notamment Paris. Il est persuadé que cette Noble fiancée fournirait un sujet parfait pour le public français. Dès 1836, il esquisse un synopsis, qu'il fait traduire en français et qu'il envoie à Scribe (en 1838) en lui donnant carte blanche pour en faire un livret en bonne et due forme... à condition que l'Opéra de Paris lui commande la musique. Bien décidé à conquérir Paris, il contacte aussi Meyerbeer et sollicite l'entremise de son beau-frère qui dirige la succursale parisienne de la maison Brockhaus. Mais Paris fait la sourde oreille, ce jeune fougueux n'ayant pas du tout la notoriété requise dans la maison.

Les années passent. Wagner s'établit à Dresde, où il monte Rienzi, puis Le vaisseau fantôme. Son style artistique évolue, et il se rend compte que le livret de la Noble fiancée n'est plus du tout adapté à la forme du drame musical vers laquelle il s'oriente maintenant. Il renonce donc à l'idée de le mettre lui-même en musique et tente de le transmettre à d'autres compositeurs. Manifestement, ce sujet lui tient à cœur. Il propose son livret à plusieurs collègues, sans succès.

Jusqu'au jour où le compositeur tchèque Jan Bedřich Kittl (1806-1868) – ou "Johann Friedrich Kittl", sous la forme allemande –, de retour d'une tournée en Scandinavie et en Allemagne, fait une escale à Dresde en rentrant à Prague. Il y rencontre son collègue Richard Wagner, qui ne manque pas de lui mettre entre les mains son fameux livret. Aussitôt, Kittl se met à la tâche. L'opéra sera créé au Théâtre des États de Prague le 19 février 1848, en allemand, sous le titre Bianca und Giuseppe oder Die Franzosen vor Nizza (Bianca et Giuseppe ou Les Français aux portes de Nice).

Kittl était alors une figure majeure de la vie culturelle pragoise. Directeur du Conservatoire de 1843 à 1865, il fréquenta Spohr, Marschner, Liszt, et il reçut la visite et les éloges de Berlioz. Il ne reste rien de son premier opéra, Daphnis Grab (Le tombeau de Daphnis), détruit de sa main. Après Bianca und Giuseppe oder Die Franzosen vor Nizza (1848), il composera deux autres opéras, créés à Prague, également au Théâtre des États : Die Waldblume (1852) et Die Bilderstürmer (1854). Par ailleurs, il est l'auteur d'un requiem, d'une messe, d'une cantate, de chœurs et de mélodies sur des textes en allemand et en tchèque, de quatre symphonies, d'ouvertures pour orchestre, de pièces pour piano (idylles, scherzos, romances, impromptus, berceuse, aquarelles, nocturne, sonates...) et de compositions pour divers ensemble de chambre.

L’opéra  Bianca und Giuseppe oder Die Franzosen vor Nizza est considéré comme le chef-d’œuvre de Kittl. De fait, c’est le plus notable des opéras tchèques du XIXe siècle avant l’avènement de Smetana. La popularité de cette œuvre, créée à Prague en février 1848, dut sans doute beaucoup au thème révolutionnaire qui résonnait avec l’actualité. En effet, à ce moment-là, l'Europe était dans une situation explosive. Prague, en particulier, était à trois semaines d'une révolution qui allait être réprimée en juin dans un bain de sang. Le Comté de Nice, de son côté, bénéficiait des soulèvements qui s'étaient produits récemment en Piémont : fin 1847, le roi Charles-Albert de Savoie avait consenti à abolir la monarchie absolue ; le 8 février, il venait de promulguer le Statuto, constitution qui faisait du Royaume de Sardaigne une monarchie parlementaire.

Après une production à Hambourg en 1886, l’opéra de Kittl tomba dans l’oubli. Il fut remonté au Conservatoire de Prague en 1961 dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de cette institution, cette fois sous le titre Francouzové před Nizzou (en version tchèque, semble-t-il). Plus récemment, il a été donné en version de concert (partiellement mise en scène) au Théâtre des États en 2003 (première le 20 mars).

Le roman La noble fiancée dépeint le Comté avec une précision étonnante : la ville de Nice entre la colline du Château et le Paillon, le mont Boron, Cimiez avec son monastère, Drap, la route de Turin avec l'Escarène, Breil dans la vallée de la Roya... L'histoire commence avant 1792 et se termine en 1796. Tout finit bien pour les deux amoureux, dans un Comté de Nice provisoirement occupé par la France républicaine suite à l'armistice que le roi Victor-Amédée III a été contraint de signer avec le général Bonaparte à Cherasco. Mais si König était très scrupuleux dans ses descriptions, Wagner prend des libertés avec l'histoire et la géographie. L’opéra se déroule "en 1793, à Nice et dans les environs". Il y a une confusion entre l'invasion de 1792 (lorsque les Français franchissent le Var, épisode mentionné avec précision dans le roman) et la prise de Saorge en 1794 (qui marque la victoire des Français dans les Alpes et leur permet de se lancer dans la conquête du Piémont). Erreur, négligence ou licence artistique ? En tout cas, l'anachronisme offre des décors et un dénouement dramatiques à souhait.


"Die Franzosen! Die Franzosen!" La scène finale esquissée par Wagner.

Le chœur figure des paysans et des citadins, des soldats (niçois et français), des conspirateurs, des pèlerins, la foule, etc. L'intrigue est la suivante (Kittl a drastiquement réduit le texte de Wagner).

Acte I : "Une grand-place de campagne, devant le château du marquis" 
La scène se passe dans un village du Comté de Nice (dans le roman, il s'agit explicitement de Drap [carte postale ci-contre]). Sur l'esplanade du village, devant le château seigneurial et entre des parcs verdoyants, sont réunis des paysans, des citadins venus de Nice, ainsi que des soldats de la garnison de Saorge. C'est la fête au village ("Freut euch! freut euch! wack're Leute, / Fröhlich sollen Alle sein!"). Giuseppe (ténor), fils de l'intendant du marquis, se tient à l'écart, mélancolique. Clara (soprano), une jeune bourgeoise de Nice qui est secrètement amoureuse de lui, tente de lui remonter le moral. Elle veut danser avec lui, mais il répond qu'il est déjà engagé avec une autre. Le mendiant Cola (basse) voudrait danser ("Ich gäb' was drum, könnt' ich, wie ihr, mich freuen") ; les gens se moquent de lui. Cola s'accroche avec les soldats et leur caporal, Bonatti (ténor). Par dépit, Clara s'interpose et prend la main de Bonatti en prétendant qu'elle le veut pour fiancé. L'officier est ravi ; il promet une nouvelle fête pour célébrer leurs noces. Clara regrette aussitôt son geste, mais il est trop tard. Tout le monde s’en va fêter ça à l’auberge ; Giuseppe reste seul.  Entre Bianca (soprano), la fille du marquis de Malvi, le seigneur du village. Giuseppe lui déclare son amour ("O Gott sei Dank! So treff' ich dich allein!"), qui est réciproque, mais incompatible avec leur position sociale. En effet, issue de la noblesse, Bianca est promise au comte de Rivoli, tandis que le jeune Giuseppe est un chasseur. Giuseppe, en tant que frère de lait de Bianca et fils de l’intendant du marquis, revendique son droit à danser le premier avec Bianca. Un carillon donne alors le signal de la fête. La foule revient de l’auberge ("Ha! Welch ein lustig Wandern / Von einem Fest zum andern!"). Entre Malvi (basse), avec sa fille et le comte de Rivoli (baryton), escortés par les serviteurs du marquis. Malvi rappelle à tous leur devoir d’allégeance au roi (Victor-Amédée III). Puis la cérémonie commence : procession des villageois devant le marquis ; danse de garçons savoyards, grande danse finale. Puis Cola présente Brigitta (mezzo) et demande qu'on l'écoute chanter son histoire en s'accompagnant à la harpe ("O ihr an Glanz und Freude Reichen, / Hört an das Lied der Bettlerin!"). Cette intervention agace le comte de Rivoli ; à la surprise générale, il la chasse violemment. Il explique au marquis qu’il s’agit de sa sœur, qui a déshonoré la famille en épousant un homme de classe inférieure. À présent, Rivoli demande aux musiciens de jouer et sollicite l’honneur de la première danse avec sa fiancée Bianca. Giuseppe s’interpose alors en affirmant que cette première danse lui est réservée ("Mein Recht! Mein Recht will ich! den Ehrentanz!"). Il repousse le comte et prend Bianca dans ses bras. Les soldats interviennent pour les séparer. Au milieu de l’émeute, l'énigmatique Vincenzo Sormano [révolutionnaire génois, dans le roman] se fraie un passage en dégainant un poignard, et il disparaît en emmenant Giuseppe.


La reprise de 1961.

Acte II : "Les sommets des Alpes à la frontière entre Nice et la France" 
Sormano (basse) et Giuseppe se réfugient dans les montagnes ("In Sicherheit sind wir – hier ist mein Reich!"). Le sauveur se présente et raconte son histoire : il est le mari de Brigitta, la sœur du comte, rejetée par sa famille à cause de leur amour. Sormano cherche à convaincre le jeune chasseur de se rallier au mouvement révolutionnaire. Giuseppe hésite : il ne veut pas trahir son seigneur et son roi ("Verrat am Vaterland! o fluchenswerte Tat!"). Le rebelle ne lui laisse pas le choix : il tire un coup de feu en l’air en criant au traître, et une bande de conspirateurs se rassemble aussitôt autour d’eux. Sormano annonce que Giuseppe fait maintenant partie de leur groupe. Le voici entraîné contre son gré dans une trahison contre la patrie. Sormano explique aux autres que cet habile chasseur leur est indispensable car il connaît mieux que quiconque tous les recoins de la montagne ("Niemand, wie er, kennt die geheimen Pfade / Durch das Gebirg – drum sei er unser Führer!"). Au lever du soleil, on entend résonner les tambours des soldats Français. Puis c’est une marche funèbre qui retentit ("Sei gnädig, Herr, der Armen") : on escorte la dépouille de Brigitta, retrouvée noyée dans le torrent. Enfin, une troisième mélodie s’élève du fond de la vallée : c'est l'annonce des noces du comte de Rivoli et de Bianca ("Von Nizza nahn dem Schlosse sich die Gäste, / Die Braut des Grafen Rivoli zu grüßen"). Giuseppe prend alors sa décision : « Aux armes ! » La bande de Sormano part à l'assaut du fort de Saorge.


Saorge aujourd'hui.

Acte III, premier tableau : "Une chambre dans le château du marquis"
Seule dans sa chambre, Bianca se lamente ("So ist es wahr? Und muß ich's glauben?"). Clara lui apporte de mauvaises nouvelles ("Preis dir, mein Gott! Ich treffe Euch allein"). L'attaque des rebelles a échoué : Giuseppe et Sormano ont été capturés et sont condamnés à mort. En attendant leur exécution, ils sont détenus dans le fort de Saorge. Clara supplie Bianca de l'aider à délivrer Giuseppe. Entre le marquis ("Verweil', mein Kind, und höre deinen Vater"). Bianca lui confie qu'elle est amoureuse de Giuseppe : s'il consent à le faire délivrer, elle promet d'épouser Rivoli bien qu'elle ne l'aime pas. Le père accepte le deal : il consent au mariage de Bianca et Rivoli, et s’engage donc du même coup à faire délivrer Giuseppe.

Acte III, second tableau : "Devant le fort de Saorge"
Le régiment de Saorge, commandé par Bonatti, est attablé devant le fort ("Stoßet an, wack're Kameraden! Preist des Krieg!"). Entre Clara, accompagnée du mendiant Cola. Ils incitent les soldats à boire. Puis viennent deux ermites (basses), qui souhaitent rendre visite aux condamnés à mort afin d’entendre leurs dernières volontés ("Wir kommen, ihren letzen Willen zu vollführen"). Clara les convainc sans peine de se joindre à la beuverie des soldats. Pendant ce temps, elle s'introduit avec Cola dans la forteresse et ressort discrètement avec les deux prisonniers déguisés en ermites. Quand les soldats découvrent la ruse, les prisonniers sont déjà loin.


L'invasion de Nice en 1792.

Acte IV : "Dans la grand-rue, à Nice" 
Sormano et Giuseppe sont toujours déguisés en ermites. À la nuit tombée, ils ont l'intention de quitter Nice pour la France ("Verloren / Sind wir, wenn uns der Tag in Nizza trifft! / Nach Frankreich!"), bien que Giuseppe soit réticent à l'idée de tourner le dos à Bianca et à sa patrie ("Bianca – nie dich wiedersehn! / Mein Vaterland – nie wieder dich begrüßen!"). La rue se remplit de gens venus assister au mariage de Bianca et de Rivoli. À la vue du cortège nuptial, Giuseppe jure de se venger ("Der Sünder soll erbleichen, / Dies schwören wir vereint"). Les deux hommes se glissent dans la foule. Lorsque les gens s'écartent, on découvre le cadavre de Rivoli au milieu de la rue ("Mörder! Mörder!"). Mais entre-temps, Bianca avait déjà avalé un poison pour ne pas avoir à subir ce mariage imposé, et elle meurt dans les bras de Giuseppe. À ce moment-là, Bonatti annonce que les Français ont pris Saorge, et l’ennemi arrive aux portes de la ville. Dans ces conditions, Giuseppe renonce à toute idée de révolution : en bon patriote, il prend la tête des défenseurs de la patrie ("Zu meines Königs Fahnen / Kehr' reuig ich zurück, / Und such' auf blut'gen Bahnen / Den Tod, mein einzig Glück"). Pour finir, Kittl reprend le chant de guerre qui concluait l'acte II : « Aux armes ! » Mais cette fois, ce n'est pas contre l'ancien régime que Giuseppe lève les armes, c'est contre l'envahisseur. Et il tombe sous la première balle des Français.


[gravure de Godefroy Engelmann d'après Louis Albert Guislain Bacler d'Albe, in Souvenirs pittoresques du général Bacler d'Albe, Paris, Engelmann, tome 1 (1819), planche 87]


La version de concert de 2003.

Sources

  • Heinrich KÖNIG, Die hohe Braut. – Leipzig : Brockhaus, 1833 ; 2e édition revue et corrigée en 1844 (trois tomes : 440 p., 438 p., 348 p.) ; 3e édition revue et corrigée en 1867 (Gesammelte Schriften, Bände 17-19) ; 4e édition en 1875 (Ausgewählte Romane, Bände 7-9, 940 p.). 
  • Critique en allemand dans la Jenaische Allgemeine Literaturzeitung, 29. Jahrgang (1833), Band 3, August, S. 191-192. 
  • Critique en français dans la Revue encyclopédique publiée par MM. H. Carnot et P. Leroux, tome LIX, Paris, juillet-septembre 1833. 
  • Karl GUTZKOW, Beiträge zur Geschichte der neuesten Literatur. 2 Bde. – Stuttgart: P. Balz, 1836, Erster Band, S. 287-300.
  • Richard WAGNER, Prosaentwurf der Operndichtung « Die hohe Braut », deux manuscrits (Königsberg, 1836), München, Bayerische Staatsbibliothek. 
  • [Richard WAGNER,] Bianca und Giuseppe oder: Die Franzosen vor Nizza, Oper in vier Akten (nach einem König'schen Roman), Musik von J.F. Kittl, Leipzig : Breitkopf und Härtel, v. 1850, 48 p. [+ partition complète pour piano, chez le même éditeur, 214 p.]
  • Richard WAGNER, Mein Leben, 1870-1880.
  • Richard WAGNER, « Die hohe Braut » // Dramatische Werke – 3 Bände, Band 3, Leipzig : Meulenhoff, 1914, S. 277-338.
  • André PEYREGNE, « Du romantisme à la Belle Époque – Un siècle de musique et d’opéra à Nice » // Nice historique, 97 année, n° 1994/2-3 (Un siècle de musique à Nice), pp. 59-65. [A. Peyrègne a donné une conférence sur la genèse de ce texte de jeunesse de Wagner, le samedi 19 octobre 2013 à l’Opéra de Nice, à l'initiative du Cercle Richard Wagner.]
  • Český triptych I - 1 : Bianca a Giuseppe aneb: Francouzové před Nizzou / opera o čtyřech jednánich k roku 1848 na libreto Richarda Wagnera podle románu Heinricha Koeniga Die hohe Braut. – Praha : Národní Divadlo, 2003, 360 pages. [Programme de la production de 2003, incluant de nombreux matériaux et le livret trilingue ; en tchèque (pp. 3-181), anglais (pp. 183-238) et allemand (pp. 239-355).]
  • Peter BASSETT, « Wagner’s Unfinished French Revolution Operas: Männerlist größer als Frauenlist oder Die glükliche Bärenfamilie, and Die hohe Braut oder Bianca und Giuseppe » // Wagneriaani, Suomen Wagner-Seuran julkaisu n:o 35, Kevät 2010, s. 33-35. 
  • Robert ROURRET, Nice et l'opéra. – Nice, 2012, p. 201.
  • Wikipedia : 
  • Photos des productions de 1961 et 2003 à Prague.
  • Enregistrement intégral (Prague, Théâtre des États, 2003) : Acte I ; Acte II ; Acte III ; Acte IV.
Dernière mise à jour le 17 août 2014.
Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Lundi 24 Mars 2014, 14:56 dans la rubrique "Nice".


— Nice, jeudi 6 et samedi 8 février 2014 —
Dans le cadre de la 2e Biennale russe à Nice, intitulée "Cultures plurielles", une semaine est consacrée à la République de Komi, illustration de la diversité culturelle dans le nord de la Russie. Outre un colloque, une exposition et des concerts, deux soirées théâtrales présenteront les liens qui se renforcent depuis déjà quelques années entre nos deux pays.


Soirée Tchekhov : Una demanda en matrimoni & L’escaramoucha
Jeudi 6 février 2014, 20h30, au Théâtre Francis-Gag, rue de la Croix.
Par le Théâtre Niçois de Francis Gag.
Deux comédies en un acte de Laurent Térèse, adaptées d’Anton Tchekhov.

Una demanda en matrimoni (2006).
Comté de Nice, début du XXe siècle. Maragarida, au caractère bien (trop ?) trempé, est éprise de Batistin, voisin maladif voire hypocondriaque. Ils pourraient se marier, sans ce fâcheux terrain, dont l’origine de propriété se perd dans de lointaines querelles de voisinage...
Una demanda en matrimoni a été jouée en novembre 2009 au Théâtre national de la République de Komi, à Syktyvkar, où elle a obtenu le Prix spécial de l’amour de la littérature russe.

L’escaramoucha (2012).
Nice, début du XXe siècle. La charmante veuve. Le créancier coléreux. Le vieux domestique, coincé entre les deux. Une histoire d’argent ?


L’âme de la taïga
Samedi 8 février 2014, 20h30, au Théâtre Francis-Gag, rue de la Croix.
Par le Théâtre National Komi (Syktyvkar, Russie).
En komi et russe, avec traduction française.
 

Entre tradition et modernité, le spectacle musical L’âme de la taïga s’inspire de l’épopée nationale komie, Biarmia, composée par Callistrate Jakov en 1916. La « taïga » en question, c’est la parma, la forêt vierge boréale formée de conifères et de bouleaux qui s’étend dans le grand nord de l’Europe jusqu’à la lisière de la toundra. Peuplée de coqs de bruyère et de faucons, de renards et de zibelines, mais aussi d’ours bruns et de loups, elle est parcourue par des rivières au bord desquelles se sont formés les villages. Les Komis, qui ont longtemps vécu de pêche, de chasse, de cueillette et du commerce des fourrures, ont développé un folklore original, lié à leur environnement naturel et à leur vision du monde, christianisme imprégné d’animisme.

L’âme de la taïga (en komi : Parma lov) raconte les aventures du prince Iaura. Au bout de son voyage initiatique en Biarmie, vaste contrée de l’Europe arctique, il rencontre sa future épouse, la belle Raïda, qu’il va devoir enlever pour célébrer la noce rituelle. Musique, décors et mise en scène puisent dans le folklore pour créer un spectacle « ethnofuturiste » original et propulser l’âme komie dans le monde artistique du XXIe siècle.

Mise en scène de Svetlana Gortchakova ; musique de Mikhaïl Bourdine ; décors de Pavel Mikouchev ; costumes d’Irina Arsentieva ; chorégraphie de Tatiana Bourilova et Viktor Polejaïev ; avec les artistes de l’Ensemble Parma.


Pour les deux soirées : réservations sur le site du Théâtre Niçois de Francis Gag.

Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Lundi 27 Janvier 2014, 17:42 dans la rubrique "Komi".


— Nice et environs, du mercredi 5 au dimanche 9 février 2014 —
L'ensemble folklorique et ethnographique Parma, fondé en 1987 à Syktyvkar (capitale de la République de Komi, Russie), donnera des concerts à Nice dans le cadre de la semaine komie organisée par la Maison de la Russie.

« Parma », c’est la taïga komie, cette forêt vierge boréale formée de conifères et de bouleaux qui s’étend dans le grand nord de l’Europe jusqu’à la lisière de la toundra. Peuplée de coqs de bruyère et de faucons, de renards et de zibelines, mais aussi d’ours bruns et de loups, elle est parcourue par des rivières au bord desquelles se sont formés les villages. Les Komis, qui ont longtemps vécu de pêche, de chasse, de cueillette et du commerce des fourrures, ont développé un folklore original, lié à leur environnement naturel et à leur vision du monde, christianisme imprégné d’animisme.

L’ensemble Parma s’est donné pour mission de faire vivre ce patrimoine, avec un répertoire double : d’une part, la musique traditionnelle komie ; d’autre part, des compositions contemporaines d’inspiration traditionnelle. Cette initiative passe par l’usage des instruments traditionnels komis, à vent, à cordes frottées, à percussion, fabriqués généralement en bois ou en roseau. Plusieurs de ces instruments ont la particularité d’imiter les sons de la nature : eau, oiseaux, vent, feuillages. 

Les artistes chantent en komi. Musiciens, chanteurs, danseurs, les membres de l’Ensemble Parma assurent aussi l’accompagnement musical des spectacles du Théâtre national de la République de Komi.

Jeudi 6 février, à 18h30, au Conservatoire national à rayonnement régional.
Réservations : 06 23 92 11 39. Entrée : 15 euros en prévente ; 20 euros le jour du concert.

Le dimanche 9 février, de 12h à 16h, l'Ensemble Parma animera les courses à l'Hippodrome de la Côte d'Azur (Cagnes-sur-Mer). Entrée : se renseigner auprès de l'hippodrome ou de la Maison de la Russie (06 12 22 58 62).

Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Lundi 27 Janvier 2014, 17:36 dans la rubrique "Komi".


— Nice, jeudi 6 et vendredi 7 février 2014 —
Image illustrative de l'article Château de ValroseLa « semaine komie » qui ouvre la 2e Biennale russe à Nice en février 2014 fait suite à un festival de théâtre qui a eu lieu en novembre 2009 à Syktyvkar, où le Théâtre niçois de Francis Gag a joué une pièce de son répertoire en langue niçoise tandis que le Théâtre national de Komi donnait un spectacle en langue komie. Cette rencontre a mis en évidence des similitudes et des divergences entre le développement du théâtre en langue « régionale » en pays komi et en pays niçois. Dans les deux cas, les langues locales en usage depuis des siècles sont devenues minoritaires au cours du XXe siècle en résultat d’une politique de dévalorisation face à une langue extérieure dominante. L’expérience comparée des Komis et des Niçois, d’abord incongrue, s’est avérée très enrichissante pour la connaissance des arts du spectacle en langue minorée dans des contextes historiques et politiques différents.

Dans le cadre de cette semaine, à l’occasion de la représentation de spectacles originaires de la République de Komi, l'Adéfo (Association pour le développement des études finno-ougriennes), le CREE (Inalco) et la Maison de la Russie à Nice organisent une table ronde afin d’approfondir les réflexions sur cette question.

Programme du colloque

Jeudi 6
 Ouverture par les organisateurs et les partenaires
 
Le théâtre en langues minorées d’Europe et de Russie, hier et aujourd’hui (1)
  • Claude ALRANQ (Languedoc) : Témoignage d'un acteur-auteur-metteur en scène contemporain sur le théâtre d'oc
  • Rémy GASIGLIA (Université de Nice) : Deux siècles de théâtre nissart. L'aventure d'une tradition dramatique de langue d'oc
  • Tiina KAARTAMA (Inalco, Paris) : Le théâtre et la construction d'une identité populaire et nationale en Finlande du XIXe s. 
  • Sébastien CAGNOLI (traducteur, Nice ; Inalco/CREE, Paris) : Interactions et identités dans les théâtres finno-ougriens de l’Oural et de la Volga
  • Tatiana KOUZNETSOVA (Centre komi de l’Académie des Sciences de Russie, Syktyvkar) : V. Savine – éléments d'interprétation artistique
  • Igor ZOUBOV (Institut de sciences humaines de Mordovie, Saransk) : Le Théâtre national de Mordovie, espace de dialogue des cultures
Traduction et adaptation
  • Virginie SYMANIEC (Paris) : Boulgakov, l'Occitan ? Traduire la langue ou « la question de la langue »
  • Laurent TERESE (Théâtre niçois de Francis Gag, Nice) : Traduction et adaptation pour un théâtre niçois

La musique et la scène

  • Sylvain CASAGRANDE (maître de conférence, Université de Nice) : Musiques Actuelles du Comté de Nice
  • Serge NOSKOV (compositeur, Londres) : Composer un opéra en langue minorée (komie) 
  • Lilia RUOCCO et Michaël FERNANDEZ (membres du groupe Chet Nuneta) : Chanter l'imaginaire et la langue de l'autre : l'exemple de "Komi"
  • Svetlana GORTCHAKOVA (directrice artistique du Théâtre national komi, Syktyvkar) sur le Théâtre national komi

Vendredi 7

Artistes et compagnies d'aujourd'hui
  • Alekseï POPOV et Larissa POPOVA (dramaturge et traductrice, journalistes, Syktyvkar) sur l'expérience d'un dramaturge komi et sa traduction en russe
  • Serge DOTTI (Nice) : Li mariota
  • Svetlana TCHELPANOVA (directrice du réseau de bibliothèques de la région de Körtkerös, Komi) : Un club d'art dramatique devenu Théâtre : histoire du Théâtre populaire N. Klermon de Körtkerös
  • Serge CHIARAMONTI et Loïs MARIN (Lou Rodou Nissart, Nice) : Hommage à Raoul Nathiez ; Lou Rodou aujourd'hui
Le théâtre en langues minorées d’Europe et de Russie, hier et aujourd’hui (2)
  • Erwan HUPEL (Rennes II / CRBC) : Nouveaux regards sur le théâtre en langue minorée : le cas breton
  • Dietrich SCHOLZE (directeur de l’Institut sorabe, Budyšin) : 50 ans de théâtre professionnel germano-sorabe (1963–2013)
  • Frosa PEJOSKA-BOUCHEREAU (Inalco/CREE, Paris) : Théâtre en langue minorée et insertion de formes brèves : la poésie orale enchâssée, un dit mémorable
  • André LEVEQUE (Valenciennes)  : Constantes sociétales des langues européennes à statut fragile ou inexistant. Propositions
  • Hervé BARELLI (Nice) : Les Niçois en Russie

Initiatives institutionnelles

  • Elena OSTAPOVA (Université de Syktyvkar) : Un projet de l'Université de Syktyvkar : le "New-tom-ťevćuk", atelier créatif pour la jeunesse
  • Michel PALLANCA (Nice) : Théâtre et pédagogie dans la vie de la cité
  • Steve BETTI (délégué pour les langues et cultures régionales au Rectorat de l’Académie de Nice) : Présentation du plan académique pour les langues régionales
Conclusion
 

Exposition

Pendant toute la durée du colloque, une exposition sera présentée au public : neuf légendes komies, illustrées par le peintre Vassili Ignatov (1922-1998). 48 reproductions de dessins seront exposées, avec des commentaires en français et en russe.

 


Le colloque et l'exposition s'inscrivent dans la 2e Biennale russe à Nice, intitulée "Cultures plurielles", dont la première manifestation est une semaine consacrée à la République de Komi, illustration de la diversité culturelle dans le nord de la Russie. 

En coopération avec Perspective Internationale, La Maison de la Russie à Nice, l’Association pour le Développement des Études Finno-Ougriennes (Paris), l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris), l'Université de Nice-Sophia-Antipolis.

Jeudi 6 et vendredi 7 février 2014, 9h-18h, au grand château de Valrose (Université de Nice-Sophia-Antipolis), 28 avenue de Valrose.
Entrée libre.

Lire la suite de l'article ! (et 0 commentaires)
Écrit par SebK, le Dimanche 26 Janvier 2014, 18:06 dans la rubrique "Komi".


Articles suivants