Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
03-04/2018 : représentations de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre Ouvert Luxembourg.
01/2018 : Cent ans de musique et de poésie entre Nice et Finlande, concert-lecture autour d’Armas Launis et d’Uuno Kailas, Nice, bibliothèque Louis-Nucéra.
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
11/2017 : Lecture d'extraits de la pièce Purge de Sofi Oksanen au Théâtre de l'Atalante (Paris) dans le cadre des rencontres Traduire - Transmettre.
10/2017-06/2018 : reprise des Cornes d'Alexeï Popov au Théâtre de l'Impasse (+ en tournée le 07/10 à Saint-André et le 27/10 à Falicon).
09/2017 : parution de Norma de Sofi Oksanen en grands caractères (éd. Voir de Près).
08/2017 : parution de l'article "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans la revue bretonne Klask, n° 11.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look at Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu, Musée national d'Estonie.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.
06/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov à Châteauneuf-Villevieille.
04/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov (Nice, Théâtre de l'Impasse).
03/2017 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, chez Stock.
01/2017 : parution de Ils ne savent pas ce qu'ils font, de Jussi Valtonen, chez Fayard.
12/2016 : "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans le cadre d'une journée d'étude à l'université Rennes 2.
08/2016 : parution du Récif, de Seita Vuorela-Parkkola, chez Actes Sud Junior.
08/2016 : expo sur le pays komi dans les livres étrangers, Bibliothèque nationale de la République de Komi, Syktyvkar.
06/2016 : réédition des Chants des forêts de Nikolai Abramov à la Bibliothèque nationale de la République de Carélie.
05/2016 : réédition du recueil Les Komis – Questions d'histoire et de culture aux Presses de l'Inalco.
01/2016 : présentation de Uuno Kailas de Heinola à Nice au Centre de Documentation Provençale (Bollène).
11/2015 : parution de Noir comme l'ébène, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Ma Sibérie (2e partie)
— D'Oulan-Bator à Krasnoïarsk —
Le bassin de l'Angara (affluent du Ienisseï) s’étend dans le sud du plateau de Sibérie centrale. Il est constitué de cours d’eau issus de l’Altaï et des massifs montagneux de Mongolie.

Pour parcourir la région, partons par exemple de la rivière Tuul, qui traverse le parc national de Terelj, à 1500 m d'altitude...




... et suivons son cours le long de la ville d'Oulan-Bator :



Le Tuul se jette ensuite dans l'Orkhon, qui se jette à son tour dans le Selenge. On quitte alors la Mongolie pour pénétrer en Russie, plus exactement en République de Bouriatie, dont le Selenge longe la capitale, Oulan-Oudé...



... puis va se déverser dans le lac Baïkal, bordé de villages et de montagnes, à 450 m d'altitude :


(village de Vydrino, à l'extrême sud du lac Baïkal)

Au bord du Baïkal, les environs du village de Bolchie Koty sont ensoleillés...



... mais de l'autre côté, à l'ombre, le lac est encore gelé :



Les dimensions de ce lac (sa profondeur, en particulier) en font la plus grande réserve d’eau douce de la planète (sous forme liquide, en tout cas). Outre le Selenge, le lac Baïkal reçoit toute l’eau qui s'écoule des montagnes environnantes, mais un seul cours d’eau en sort : l’Angara.

C'est au bord de l'Angara, en pays bouriate, qu'a été établie la ville d'Irkoutsk. Reliée à Moscou par la route dès la fin du XVIIIe siècle, la ville est alors devenue capitale de la "Sibérie orientale". Elle s'est développée au XIXe siècle avec la ruée vers l'or et les travaux forcés (notamment pour l'exploitation des gisements de minerais et la construction du chemin de fer). C'est là qu'on été exilés les Décembristes suite au soulèvement de 1825.


Aujourd'hui, Lénine et Koltchak ont l'air d'y faire bon ménage :

 

En s'éloignant d'Irkoutsk, on traverse un paysage de taïga, sans perdre de vue le massif des Saïan à l'horizon.


Pour finir, l’Angara ira se jeter dans le Ienisseï un peu en aval de Krasnoïarsk.

(photos : S. Cagnoli, mai-juin 2006)
Écrit par SebK, le Jeudi 20 Janvier 2011, 09:31 dans la rubrique "Sibérie".