Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
03-04/2018 : représentations de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre Ouvert Luxembourg.
01/2018 : Cent ans de musique et de poésie entre Nice et Finlande, concert-lecture autour d’Armas Launis et d’Uuno Kailas, Nice, bibliothèque Louis-Nucéra.
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
11/2017 : Lecture d'extraits de la pièce Purge de Sofi Oksanen au Théâtre de l'Atalante (Paris) dans le cadre des rencontres Traduire - Transmettre.
10/2017-06/2018 : reprise des Cornes d'Alexeï Popov au Théâtre de l'Impasse (+ en tournée le 07/10 à Saint-André et le 27/10 à Falicon).
09/2017 : parution de Norma de Sofi Oksanen en grands caractères (éd. Voir de Près).
08/2017 : parution de l'article "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans la revue bretonne Klask, n° 11.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look at Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu, Musée national d'Estonie.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.
06/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov à Châteauneuf-Villevieille.
04/2017 : représentations des Cornes d'Alexeï Popov (Nice, Théâtre de l'Impasse).
03/2017 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, chez Stock.
01/2017 : parution de Ils ne savent pas ce qu'ils font, de Jussi Valtonen, chez Fayard.
12/2016 : "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans le cadre d'une journée d'étude à l'université Rennes 2.
08/2016 : parution du Récif, de Seita Vuorela-Parkkola, chez Actes Sud Junior.
08/2016 : expo sur le pays komi dans les livres étrangers, Bibliothèque nationale de la République de Komi, Syktyvkar.
06/2016 : réédition des Chants des forêts de Nikolai Abramov à la Bibliothèque nationale de la République de Carélie.
05/2016 : réédition du recueil Les Komis – Questions d'histoire et de culture aux Presses de l'Inalco.
01/2016 : présentation de Uuno Kailas de Heinola à Nice au Centre de Documentation Provençale (Bollène).
11/2015 : parution de Noir comme l'ébène, de Salla Simukka, chez Hachette et au Livre de Poche.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Vallée de la Zschopau (1)
— Waldheim —


La Zschopau prend sa source dans les monts Métallifères et parcourt environ 130 km jusqu'à son confluent dans la Freiberger Mulde (à proximité de Döbeln), une rivière du bassin de l’Elbe.

La dernière grande localité qu'elle traverse est Waldheim.Celle-ci est connue dès 1271 comme forteresse placée sous l’autorité de Meissen et acquérant le statut de ville en 1286. Au XVe siècle, le château de Waldheim est un monastère augustinien. L'économie de la région se développe autour du tissage du lin. Outre les tisserands, de nombreux artisans s'installent à Waldheim.

Le prince électeur de Saxe Christian Ier prend possession de toute la ville en 1588 (y compris le château, devenu propriété privée suite à la réforme). Il agrandit le château. Le XVIIe siècle est une succession de guerres, épidémies et incendies qui ravagent la ville et ses habitants. En 1716, le prince Frédéric-Auguste "le Fort" convertit le château en prison, asile de pauvres et orphelinat.


Waldheim est alors une étape sur la route historique de Dresde à Leipzig par Nossen. Pendant des siècles, il s'agit là de l'une des deux grandes routes reliant les deux métropoles saxonnes (l'autre voie étant celle qui passe par Meissen). Naturellement, de nombreux voyageurs y font halte. Kleist s'y arrête ; Goethe aussi, en juillet 1790, et à nouveau en août 1813 : une plaque commémore ces séjours sur la façade de l'auberge "Au lion d'or", sur la place du Marché :


Dans la maison d’en face (actuellement en mauvais état), c’est Napoléon qui a logé en mai 1813 ; à l’extérieur de la ville, au bord de la Zschopau, une pierre commémore son passage.

  

Le passage de Napoléon fait encore de gros dégâts, avec l'affrontement des armées française et russes sur la Zschopau.

Le reste du XIXe siècle, plus paisible, est l'époque de l'essor économique et industriel de la région. Avec l’apparition du chemin de fer, c’est la route de Meissen qui va se développer entre Dresde et Leipzig. Dès lors, Waldheim se déconnecte des deux métropoles historiques, pour se rapprocher économiquement et administrativement de ce qui va devenir la troisième grande ville de Saxe : Chemnitz. La voie ferrée Chemnitz–Riesa est inaugurée en 1852. Sur la rive gauche, la gare et les immeubles qui l'entourent témoignent du développement urbain de cette époque :

  

Dans le centre historique, la place du Marché change d'allure en 1902 avec l'érection d'un nouvel Hôtel de Ville art nouveau, dont la façade et la tour sont particulièrement imposantes. Son caractère monumental étonne un peu, par rapport à la taille de la ville.

  

  



Les bâtiments Art Nouveau de la place du Marché
et l'église Saint-Nicolas (reconstruite en 1842).

Sur la rive gauche apparaissent un gigantesque Hôtel des Postes (1921) 

  

et des immeubles d'habitation: 

  



Depuis 1830, le château de Waldheim se consacre à sa fonction de prison. À ce titre, il a servi de lieu de détention de nombreux prisonniers politiques, aussi bien sous le Troisième Reich qu'à l'époque de la RDA.


En 1950, 33 condamnations à mort ont été prononcée lors des "procès de Waldheim". Un monument rend hommage aux victimes de cette purge, sur le lieu du bâtiment où s’est tenu le procès, aujour­d’hui démoli.
Outre la prison, le château abrite toujours son église, ainsi que le Musée saxon de la Prison. 


La place du Marché est rénovée en 2000-2001, et une borne postale dans le style ancien y est érigée pour l'occasion (2002). Les travaux de restauration continuent.


Photos : mars 2012.

Suite...
Écrit par SebK, le Mercredi 21 Mars 2012, 10:39 dans la rubrique "Saxe".