Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Angleterre   Corée   Danube   Finlande   Finno-Ougrie   France   Komi   Nice   Saxe   Sibérie   breuvages et autres saveurs   hum...   statuaire urbaine 

p a r m a k o m a

Recherche



Actualité
01/2019 : parution de Sœurs de cœur, de Salla Simukka, chez Hachette.
12/2018 : présentations de Lever de rideau sur le pays komi à Paris.
11/2018 : lecture publique de la pièce Purge de Sofi Oksanen à Cognac.
11/2018 : présentations de Lever de rideau sur le pays komi à Nice, à Moscou et en République de Komi (Syktyvkar et région de Körtkerös).

08/2018 : parution de Lever de rideau sur le pays komi, L'Harmattan & Adéfo, coll. "Bibliothèque finno-ougrienne".

05/2018 : parution de Norma, de Sofi Oksanen, au Livre de Poche.
05/2018 : parution d'un article de Sofi Oksanen au Nouveau Magazine Littéraire, mai 2018.

03-04/2018 : représentations de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre Ouvert Luxembourg.

01/2018 : Cent ans de musique et de poésie entre Nice et Finlande, concert-lecture autour d’Armas Launis et d’Uuno Kailas, Nice, bibliothèque Louis-Nucéra.
11/2017 : "L’imaginaire national finlandais à l’épreuve du centenaire - Un regard du XXIe siècle sur la poésie patriotique d’Uuno Kailas", dans le cadre du colloque Révolutions russes ; images et imaginaire en Russie et en France, Nice.
11/2017 : lecture d'extraits de la pièce Purge de Sofi Oksanen au Théâtre de l'Atalante (Paris) dans le cadre des rencontres Traduire - Transmettre.
10/2017-01/2018 : reprise des Cornes d'Alexeï Popov au Théâtre de l'Impasse (+ en tournée le 07/10 à Saint-André, le 27/10 à Falicon, les 13-14/01 à Vence).
09/2017 : parution de Norma de Sofi Oksanen en grands caractères (éd. Voir de Près).
08/2017 : parution de l'article "Une comédie komie – Adaptations et mises en scène niçoises d'un théâtre minoritaire de Russie", dans la revue bretonne Klask, n° 11.
08/2017 : "Are Finns ashamed of their independence? - A 21st century look at Uuno Kailas’ patriotic poetry", dans le cadre du 14e Congrès des littératures finno-ougriennes, Tartu, Musée national d'Estonie.
08/2017 : "Garibaldi und Nizza – ein Epos zwischen Frankreich und Italien", dans le cadre du 4e colloque de la Garibaldi Gesellschaft, Kirchberg, Sachsen.

Tribune



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Vorkouta (1/5)
— Présentation générale —

Vorkouta
Воркута




Géographie et climat



La Vorkouta prend sa source dans l’Oural polaire et se jette dans l’Oussa, affluent de la Petchora.

Le cours de la Vorkouta est entièrement situé au nord du 67e parallèle. À 67°30’ de latitude, Vorkouta est l’une des villes du monde les plus septentrionales. Plus au nord, les deux seules villes plus grandes sont Mourmansk en Russie d’Europe et Norilsk en Sibérie.

Les premiers sommets de l'Oural polaire se dressent à 30 km au sud-est de la ville. La mer de Barents (golfe européen de l'océan Arctique) est à 200 km au nord-ouest, et la mer de Kara (golfe asiatique) à 200 km au nord-est.

Issus de l'Oural, les cours d'eau des environs coulent vers le sud-ouest en direction de la Petchora, qui se jette dans la mer de Barents : la région de Vorkouta est ainsi, et de loin, la région la plus orientale d’Europe (64° 2’ à Vorkouta).


La région de Vorkouta se trouve à l'extrémité nord-est de la République de Komi. Elle est entourée par la Nénetsie du côté européen (à 30 km au nord-ouest) et la Iamalie du côté asiatique (à 75 km au nord-est). Ces deux divisions administratives de la Russie (rattachées respectivement aux régions d'Arkhangelsk et de Tioumen, mais fédéralement autonomes) la séparent de l'océan Arctique. Salekhard, capitale de la Iamalie, à l'embouchure de l'Ob, se trouve à 150 km au sud-est.


Altitude : environ 180 m.


Lever et coucher de soleil, aube et crépuscule, moyennes météorologiques : http://www.gaisma.com/en/location/vorkuta.html.



Histoire

Fondation et développement de la ville

1. La toundra nénètse

 

Comme l’indique l’origine nénètse de son nom, le bassin de la rivière Vorkouta était fréquenté par les éleveurs de rennes samoyèdes bien avant le XXe siècle. C’est une région de toundra qui se prête très mal à une vie sédentaire.

2. Le Goulag (1934-1956)

Entre 1929 et 1956, le Goulag a organisé de vastes chantiers en pays komi, avec une capacité de main d’œuvre atteignant parfois 250 000 prisonniers. Les camps étaient consacrés à trois types d’activités : l’exploitation des gisements de houille et de pétrole, l’exploitation des forêts, et la construction des chemins de fer pour acheminer les marchandises ainsi produites. Ces chantiers ont donné naissance aux villes et aux principaux pôles industriels qui existent aujourd’hui en République komie.

Les premières activités sédentaires dans la région de Vorkouta commencent dans les années 1930. Il s’agit de recherches géologiques menées dans le bassin houiller, d’abord en marge du camp d’Oukhta-Petchora (OukhtPetLag, 1931-1938). Ces recherches conduisent à la fondation de Roudnik (« La Mine »), sur la rive droite de la Vorkouta.

Roudnik dans les années 1930 (photo d'archives empruntée ici).

L’administration d’Oukhta se spécialise alors dans le pétrole (camp d’Oukhta-Ijma, 1938-1955), tandis que Vorkouta (du nom de la rivière) devient le centre d’un nouvel « archipel » consacré à l’extraction de la houille : VorkoutLag. En même temps, entre 1939 et 1942, le Goulag construit le chemin de fer Konocha-Kotlas-Vorkouta afin de transporter les gens et les marchandises. Seule voie d’accès terrestre, ce chemin de fer rend possible l’essor économique de la région. Ainsi voit le jour une gigantesque activité industrielle. Dès 1943, avec 7 milliers d’habitants, Vorkouta acquiert le statut de ville. L’urbanisation s’étend alors sur la rive gauche, juste en face de Roudnik.


Évolution du nombre de prisonniers (sur l’ensemble des camps de la région de Vorkouta) :


1939

16 509

1940

19 080

1941

27 393

1942

27 793

1943

25 333

1944

39 711

1945

52 195

1946

59 116

1947

62 725

1948

?

1949

62 676

1950

72 940

1951

41 677

1952

36 681

1953

33 087

1954

52 453

1955

50 515

1956

?

1957

?

1958

20 785


(chiffres tirés de Николай Алексеевич Морозов, ГУЛАГ в Коми крае 1929-1956 [Le GULAG en pays komi, 1929-1956],
Сыктывкар: Сыктывкарский государственный университет, 1997.)


Au maximum : 73 000 prisonniers, en 1950 (sur environ 250 000 dans toute la république).

De profonds changements d’urbanisme se produisent à partir de la fin des années 1940 : construction de grands édifices prestigieux, etc.

Au lendemain de la mort de Staline, l’insurrection de 1953 marque le début du démantèlement du Goulag.

3. Après le Goulag

Affaiblie par l’insurrection de 1953, l’organisation du Goulag va se transformer.

La population continue d’augmenter jusqu’à la crise économique du début des années 1990.

Depuis les années 2000, l'activité des mines de Vorkouta a considérablement diminué (en raison de la diminution de la demande), et des quartiers entiers sont abandonnés. Mais l'extraction de la houille demeure une activité considérable, sinon comme combustible, du moins pour la production de l'acier. VorkoutaOugol, société fondée en 1933 et rachetée en 2003 par le groupe SeverStal (qui détient plus de 90 % du capital), est de loin le principal employeur.

Démographie


(chiffres tirés de Wikipedia)

Tests nucléaires

Entre 1971 et 1984, quatre essais nucléaires ont été réalisés sur le territoire de la république. Il s’agit de quatre petits tests à des fins civiles (on est loin des charges utilisées sur les sites de tests !).

Le premier et le troisième ont eu lieu dans les environs de Vorkouta :

  • le 2 juillet 1971, à la profondeur de 542 m, à 20-25 km au sud-ouest de Vorkouta, non loin de la gare de Hanovej ;
  • le 29 août 1974, à 583 m de profondeur, non loin de la gare de Sejda.

date

désignation

du test

charge en kt

342

02/07/1971

"Globus" (Глобус-4) GB-4

2.3

406

29/08/1974

"Gorizont" (Горизонт-1) G-1

7.6


Transport

Aujourd’hui encore, Vorkouta n’est pas accessible par la route : on ne peut s’y rendre qu’en train ou par les airs.

Gare ferroviaire de Vorkouta

Tous les trains passent par Seïda, où un embranchement conduit à Labytnangi (en 10 h 45 min ou 12 h 55 min) à travers les massifs de l’Oural polaire.

La ligne principale traverse la république en passant par Inta et Petchora (terminus de certains trains, en 11 h environ), puis Sosnogorsk et Oukhta.

À Minkun’, certains trains tournent à gauche pour desservir la capitale, Syktyvkar (en 1 j 5 h). Les autres continuent vers Kotlas, où se séparent les trains qui vont vers l’ouest et vers le sud.

Dans l’ouest, on continue vers Konocha, qui dessert d’une part Saint-Pétersbourg (gare du Ladoga, en 2 j 1 h), d’autre part Moscou (gare de Iaroslavl, en passant par Vologda et Iaroslavl, en 1 j 16 h ou 1 j 23 h). Certains trains continuent après Moscou par Toula, Oriol, Koursk puis pénètrent en Ukraine pour finir leur trajet en Crimée (Simferopol et Evpatoria).

À Kotlas, l’embranchement sud va vers Kirov et la gare de triage de Kotelnitch, puis Nijni Novgorod, terminus de certains trains). Les autres continuent par Saransk et Penza, puis vers vers Saratov ou vers Rostov en direction de la mer Noire et du Caucase (Anapa, Novorossisk, Mineralnyïe Vody, Adler, Stavropol).

Horaires en temps réel.


Aéroport de Vorkouta (VKT)

Actuellement, il y a des liaisons régulières (mais non quotidiennes) avec :

· Syktyvkar, par des Antonov 24 de UTair Express ;

· Moscou Domodedovo, par des Canadair d’Ural Airlines (Iekaterinbourg) et de Rusline (Moscou), et par des Iakovlev 42 de la compagnie Ijavia (Ijevsk).


Horaires en temps réel.





Photos : mai 2010, juillet-août 2011, novembre 2013 (sauf les photos d'archives, empruntées dynamiquement à d'autres sites web).
Écrit par SebK, le Mardi 20 Mars 2012, 17:24 dans la rubrique "Komi".